Navigation – Sitemap
comptes rendus

Daniel Argelès, Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire – Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, 354 p.
Martine Benoit
p. 207-209
Version(en):

Daniel Argelès, Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire – Berlin et l’Allemagne, 1937-2001, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, 354 p.

Volltext

1En proposant la première monographie en français de Klaus Schlesinger, Daniel Argelès nous invite, par une analyse fine et exigeante de quelque 15 romans et nouvelles, à revisiter 60 ans d’histoire de l’Allemagne et de l’Allemagne en Europe. Cette étude retrace ainsi l’évolution de la production littéraire d’un écrivain allemand qui aura connu l’Allemagne national-socialiste, l’Allemagne de la capitulation, l’Allemagne divisée en quatre zones d’occupation, la RDA (avant et après la construction du Mur), la RFA des années 1980, et enfin l’Allemagne réunifiée. L’ouvrage est divisé en quatre grandes périodes, qui mettent chacune l’accent sur des enjeux thématiques et d’écriture précis. Les années 1960 montrent la confrontation avec le passé national-socialiste et ses implications dans le contexte est-allemand, notamment le travail d’introspection éludé. Les années 1970 thématisent l’interrogation du présent socialiste et de son histoire récente, le quotidien de la RDA (avec une approche courageuse de nombreux sujets alors tabous), la question de l’épanouissement de l’individu dans cette société. Les années 1980 marquent l’épreuve du déracinement avec le passage à l’Ouest (avec des interrogations sur la notion d’« exil »), l’appropriation de cette autre Allemagne et de l’univers ouest-berlinois, l’intégration dans le mouvement alternatif (avec les déceptions face aux anciens soixante-huitards) et une évolution dans le regard posé sur l’histoire allemande et la possibilité de dépasser le clivage Est/Ouest. Les années 1990 amènent un retour sur la complexité de l’expérience historique de l’unification et finalement le bilan d’une vie. Avec ces quatre décennies, c’est l’expérience des « métamorphoses de l’Allemagne » (p. 15) après la Deuxième Guerre mondiale qui est au cœur du propos. On ne cessera d’ailleurs de s’étonner, à la lecture de cette monographie, de constater combien Klaus Schlesinger fut dans son époque : « Une petite enfance sous le ‘IIIe Reich’, marquée par la fascination pour le Führer, une adolescence dans le Berlin en ruines de l’après-guerre, placée sous le signe de la défaite, de la disparition de son père au front et du choc de la découverte des crimes nazis, la vie d’apprenti puis de laborantin dans la ville divisée mais encore ouverte des années 1950, le choc de la fermeture des frontières en août 1961, la vie à l’ombre du Mur et dans le socialisme ‘réellement existant’, la quête des marges de manœuvre littéraires, politiques et personnelles jusqu’au durcissement du régime communiste autour de l’affaire Biermann en 1976, l’exil à l’Ouest dans le sillage de son exclusion de l’Union des écrivains de RDA en 1979, l’expérience du Berlin-Ouest alternatif des années 1980 (en particulier le mouvement des squatters), la surprise et les désorientations de la chute du Mur et de la réunification, la question des compromissions pendant le socialisme, avec en particulier la découverte des 2000 pages du dossier de surveillance monté contre lui et son entourage par la Stasi, la question du double passé allemand et de l’avenir de la nouvelle Allemagne » (p. 16).

2L’ouvrage analyse l’œuvre littéraire de Schlesinger sur l’histoire et le destin des Allemands, leur rôle, leurs choix, leurs responsabilités, comme Allemands dans la Seconde Guerre mondiale, dans le socialisme réel, dans les divisions de la Guerre froide, dans les recompositions politiques et identitaires de l’unification. Par touches répétées, Daniel Argelès replace Klaus Schlesinger dans le contexte littéraire et politique tout au long de ces quatre décennies de travail. L’ouvrage interroge l’évolution de l’écriture de Schlesinger pour dire cette histoire allemande des 70 dernières années, avec la conviction du lien étroit entre fiction et histoire (Paul Ricœur), pour dire l’engagement de leur auteur dans cette histoire, pour dire aussi le cheminement personnel, la construction de soi : la fiction est le lieu de recomposition et de construction de soi dans et face à l’histoire, l’histoire est le lieu de la confrontation et de l’émancipation à la fois esthétique, éthique et politique. Les enjeux de forme sont étudiés avec attention, leur évolution bien montrée, le vocabulaire utilisé est interrogé avec finesse. Au centre de son propos, Daniel Argelès place la notion de « liminalité », particulièrement bienvenue et qui prend tout son sens au fur et à mesure que le propos se déploie.

3Même si le choix est hautement subjectif, on pourra retenir de ces déambulations et analyses littéraires nourries par une connaissance personnelle de l’auteur, plusieurs fois rencontré à Berlin, différents textes. Tout d’abord la première nouvelle, publiée en 1960, David, où Klaus Schlesinger imagine les derniers instants de plus jeunes des insurgés du ghetto de Varsovie, jeune messager entre deux groupes de résistance du ghetto capturé par les Allemands. Klaus Schlesinger questionne dans son texte d’une part le travail de mémoire est-allemand sur ce que l’on n’appelait pas encore la Shoah et d’autre part le travail d’introspection sur les crimes nazis, le rôle des pères et le sentiment de culpabilité des fils. De la production des années 70, on attirera l’attention sur deux nouvelles parues en 1977, Die Spaltung des Erwin Racholl (1977), plongée dans un univers doublement kafkaïen et stalinien, et Am Ende der Jugend, qui raconte la fin de matinée et l’après-midi du 13 août 1961 et le passage à l’Est de l’ami du narrateur, Martin : comme l’écrit très justement Daniel Argelès, cette nouvelle « ramène un événement emblématique de la Guerre froide, de la division allemande, de l’histoire de la RDA et de Berlin à un […] bout de rue […] synecdoque spatiale, temporelle et existentielle extrêmement intense » (p. 140) – un texte de l’appréhension (ou non) par l’individu de l’événement historique en train de se produire, de l’instant fatidique où tout bascule. Des années 80, on pourra retenir le roman Matulla und Busch, premier texte publié après ce que Günter Kunert avait nommé le « Platzwechsel », le passage à l’Ouest et qui montre la rencontre improbable entre un duo de retraités ouest-allemands et des squatteurs à Berlin-Ouest, belle tentative de Schlesinger de s’approprier l’espace littéraire, géographique et politique de Berlin-Ouest.

4Tentative pleinement réussie de sortir Klaus Schlesinger d’un injuste oubli, ce travail en appelle finalement un autre, différent mais complémentaire, afin de permettre au public français de goûter au plaisir de cette lecture : celui de traduire cette œuvre, dont seul un roman (Matulla und Busch, traduit en 1990 par Jean-Marie Argelès), une nouvelle (Am Ende der Jugend/La fin de la jeunesse, traduite en 2003 par Jean-Marie Argelès) et des extraits du recueil Leben im Winter/La vie en hiver (traduits en 2002 par Nicole Taubes) ont été traduits.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Martine Benoit, « Daniel Argelès, Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire – Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 », Germanica, 60 | 2017, 207-209.

Online-Version

Martine Benoit, « Daniel Argelès, Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire – Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 », Germanica [Online], 60 | 2017, Online erschienen am: 30 Juni 2017, abgerufen am 23 August 2017. URL : http://germanica.revues.org/3886

Seitenanfang

Autor

Martine Benoit

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© Tous droits réservés

Seitenanfang