Navigation – Plan du site
comptes rendus

Jean-Pierre Chassagne (dir.), L’auctorialité à travers les mises en scène de l’auteur et de l’artiste dans le monde germanique. Autorschaft in den Inszenierungen des Autors und des Künstlers im deutschsprachigen Raum

Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Voix d’ailleurs », 2016, 185 p.
Andrée Lerousseau
p. 203-205
Référence(s) :

Jean-Pierre Chassagne (dir.), L’auctorialité à travers les mises en scène de l’auteur et de l’artiste dans le monde germanique. Autorschaft in den Inszenierungen des Autors und des Künstlers im deutschsprachigen Raum, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Voix d’ailleurs », 2016, 185 p.

Texte intégral

1Le premier chapitre s’intéresse à la fictionnalisation de la biographie de l’écrivain ou de l’artiste : à la mise en scène du personnage de Goethe à travers des témoins extérieurs ; à une esthétisation de sa propre vie, savamment orchestrée par Wagner, afin d’emporter l’adhésion d’un public de disciples et d’assurer sa gloire posthume ; et, à l’inverse, à la remise en question par Schnitzler de l’autorité et de l’instance auctoriale dans la farce Au Grand Guignol. En marge de toute fiction, le second volet analyse différentes stratégies de construction de l’image auctoriale dont l’enjeu est la difficile conquête de la notoriété (dans le cas de Hohl ou de Sebestyén), la préservation de la « personne » par l’effacement de l’image privée au profit de la seule mise en scène de l’acte d’écriture (Mayröcker) ou l’affirmation de la souveraineté de l’auteur (Bernhard). Dans le troisième volet, c’est cette construction même qui fait l’objet d’un questionnement : si Thomas Mann se fait volontiers le complice de la construction de son image médiatique invitant à lire son œuvre, conformément au désir des lecteurs de l’époque, comme le « paratexte de [sa] vie », le récepteur se trouve à l’inverse déstabilisé par la mise en question du pacte autobiographique (chez Éric Chevillard et Felicitas Hoppe) et par le détournement de l’autoportrait de sa fonction première (chez l’artiste Martin Kippenberger). La dernière partie, enfin, analyse la façon dont se constitue l’image de l’auteur par le jeu de l’intertextualité : dans un dialogue qui s’instaure avec un modèle (celui qu’entretient Thomas Bernhard avec Montaigne, qui fait de lui-même son propre sujet d’étude, exemple par excellence de la souveraineté à laquelle aspire l’écrivain autrichien), ou dans un recours et des références à l’héritage littéraire germanique ou aux textes fondateurs (chez Beer-Hofmann revêtant la figure auctoriale d’une dimension messianique, ou chez Wolfskehl afin de se positionner dans le champ littéraire au lendemain d’Auschwitz).

2À une époque caractérisée par une demande, voire une exigence, croissante d’authenticité et de transparence, cet ouvrage peut paraître à maints égards intempestif – et c’est bien ce qui lui confère toute sa richesse, son intérêt et son potentiel de subversion. Le « retour de l’auteur » se fait en effet sous le signe de la complexité, en marge des repères fournis par la littérature biographique qui connaît un formidable regain d’intérêt et par l’hagiographie. La notion même d’authenticité devient paradoxale (en ce qu’elle serait, elle aussi, telle est déjà la grande leçon de Montaigne, le résultat d’une mise en scène), tandis que se pose invariablement la question, à laquelle aucune réponse catégorique ne saurait être donnée, de l’adéquation entre l’image officielle de l’auteur propagée – avec ou sans sa complicité – par les médias et au service de la promotion de l’œuvre, la représentation de l’auctorialité que se fait l’écrivain ou l’artiste lui-même, et les attentes du public, également fondées sur une idée de la littérature et de l’art. Difficile de dire où commence et où s’arrête la théâtralité et si quelque chose ou non, dans cette entité qu’est le créateur, échappe à la mise en scène qualifiée par C. Schärf d’« énergie », une énergie qui entraîne le lecteur et contribue à son plaisir dans son improbable conquête de l’auteur qui se refuse à toute saisie définitive.

3Partant du constat d’un « retour de l’auteur » et du postulat que « tout acte littéraire s’accompagne d’une certaine théâtralité » (J.-P. Chassagne) dont le but est à la fois de provoquer l’adhésion du public et de situer l’écrivain dans l’arène littéraire (soumise aux fluctuations idéologiques et aux impératifs du marché), les contributions réunies dans cette publication s’inscrivent dans le prolongement des travaux entamés il y a une dizaine d’années en Allemagne par Gunter E. Grimm et Christian Schärf autour de la notion de mise en scène interne – par le biais de postures littéraires adoptées par l’écrivain – ou externe – par la critique, le monde de l’édition, les médias – de l’auteur. « Sans masque, le moi n’est rien » : telle est la thèse défendue par C. Schärf et illustrée dans sa préface à travers une lecture originale du Voyage dans le Harz en hiver de Goethe. À travers différentes études de cas visant, ainsi que le mentionne J.-P. Chassagne, à « exemplifier la théorie », et dans un élargissement de la réflexion aux champs musical et artistique, l’ouvrage propose quatre angles d’approche de la notion d’auctorialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Lerousseau, « Jean-Pierre Chassagne (dir.), L’auctorialité à travers les mises en scène de l’auteur et de l’artiste dans le monde germanique. Autorschaft in den Inszenierungen des Autors und des Künstlers im deutschsprachigen Raum », Germanica, 60 | 2017, 203-205.

Référence électronique

Andrée Lerousseau, « Jean-Pierre Chassagne (dir.), L’auctorialité à travers les mises en scène de l’auteur et de l’artiste dans le monde germanique. Autorschaft in den Inszenierungen des Autors und des Künstlers im deutschsprachigen Raum », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://germanica.revues.org/3882

Haut de page

Auteur

Andrée Lerousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page