Navigation – Plan du site
comptes rendus

Bettina Thiers, Experimentelle Poetik als Engagement. Konkrete Poesie, visuelle Poesie, Lautdichtung und experimentelles Hörspiel im deutschsprachigen Raum von 1945 bis 1970

Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2016, 614 p.
Aurélie Le Née
p. 201-203
Référence(s) :

Bettina Thiers, Experimentelle Poetik als Engagement. Konkrete Poesie, visuelle Poesie, Lautdichtung und experimentelles Hörspiel im deutschsprachigen Raum von 1945 bis 1970, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2016, 614 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage est la version publiée d’une thèse de doctorat soutenue en 2014. Bettina Thiers y propose un panorama de la poésie dite expérimentale dans sa phase la plus productive, des années 1950 aux années 1970. On y retrouve les figures centrales de cette création littéraire comme Eugen Gomringer, Ernst Jandl, Gerhard Rühm, Helmut Heißenbüttel, mais aussi des auteurs moins étudiés, et pourtant très importants pour le développement et la diffusion de cette poésie, tels Max Bense ou Reinhard Döhl.

2Alors que la critique a souvent opposé cette production tournée vers la forme à la littérature engagée au contenu explicitement politique, Bettina Thiers veut montrer qu’il existe bel et bien une dimension politique de la poésie concrète, visuelle et sonore ainsi que des pièces radiophoniques expérimentales et en dégage les spécificités. L’engagement se révèle, selon elle, dans la poétique des textes, d’où le titre de l’ouvrage. Il ne s’agit cependant ni de « la posture destructrice des avant-gardes historiques » (p. 483), ni d’une littérature engagée telle que définie par Sartre. En dehors de quelques textes qui traitent d’événements politiques comme le célèbre poème de Jandl wien: heldenplatz, la portée politique de la poésie expérimentale se manifesterait avant tout dans la conception d’une littérature qui ébranle les modes de pensée et les certitudes du lecteur, lui-même partie prenante de la construction du sens. Comme l’écrit Bettina Thiers en conclusion : « Letztendlich geht es in der experimentellen Poesie also weniger um das ‘Engagement’ ihrer Autoren denn um die Emanzipation des Lesers von konventionellen Denkmustern als Voraussetzung für sein potentielles Engagement. Darin liegt ihre politisch subversive Wirkungskraft » (p. 483). On le comprend ici, Bettina Thiers associe une analyse précise de la poésie expérimentale à une problématisation de la notion d’engagement.

3L’ouvrage, composé de six parties, se caractérise par sa démarche méthodique, qui entraîne certes parfois quelques répétitions, mais garantit une grande clarté dans la démonstration. L’auteure s’appuie sur des références théoriques pertinentes, présentées en début de partie ou de sous-parties, et sur des analyses minutieuses des textes expérimentaux, reproduits en couleurs avec des manuscrits et tapuscrits dans une annexe fort à propos pour ce type de littérature. L’ensemble est complété par une bibliographie détaillée, qui aurait toutefois pu faire une distinction entre les sources et la littérature critique.

4La première partie constitue l’introduction. Elle rappelle la tension entre engagement et littérature expérimentale et pose la problématique d’un « engagement par l’effet esthétique » (p. 18), en s’appuyant sur la pensée de Jacques Rancière, avant de délimiter le corpus par une présentation des auteurs abordés (Max Bense, Helmut Heißenbüttel, Reinhard Döhl, Claus Bremer, Franz Mon, Gerhard Rühm, Ernst Jandl, Eugen Gomringer) et d’évaluer l’état de la recherche. L’ampleur du corpus conduit, dans la suite de l’ouvrage, à des choix lorsqu’il s’agit d’apporter des exemples. Ces choix sont toujours pertinents car ils renvoient à l’auteur ou aux auteurs le(s) plus représentatif(s) pour la démonstration, mais le lecteur aurait été intéressé, dans certains cas, par une approche plus globale, présentant la position de tous les auteurs du corpus, par exemple dans la sous-partie sur la subjectivité, tout en étant conscient que cette option n’était pas possible dans les limites d’un seul volume. La deuxième partie se penche sur la poésie expérimentale, en dessine les contours en distinguant la poésie concrète de la poésie visuelle et en revenant sur les caractéristiques de la pièce radiophonique expérimentale. Elle s’attache également à montrer les différences par rapport aux avant-gardes historiques et à situer la production expérimentale d’après-guerre dans son ou plutôt ses contextes : allemand, autrichien et suisse. Enfin, elle s’interroge sur le rapport des auteurs expérimentaux à la notion d’engagement et de non-conformisme. La troisième partie traite de la critique du langage comme critique socioculturelle. Elle revient tout d’abord sur l’influence de Mauthner, mais surtout de Wittgenstein, souvent cité par les poètes expérimentaux, puis sur l’apport de Derrida et de Foucault. Plusieurs pages sont consacrées à la déconstruction du discours comme critique idéologique dans l’œuvre de Helmut Heißenbüttel, également au centre des réflexions sur la place du sujet dans la poésie expérimentale (sujet face au collectif et face à l’histoire). Dans la quatrième partie, il est question du lien entre les nouvelles technologies et la création expérimentale. Dans ce contexte, l’étude porte sur les œuvres de Gomringer, qui considère que la poésie doit accompagner la technicisation du monde (p. 279) et de Max Bense, un des premiers auteurs de textes générés par ordinateur, ainsi que sur la poésie visuelle de Franz Mon et les pièces radiophoniques de Heißenbüttel, qui renouvellent radicalement le genre. L’intérêt des écrivains expérimentaux pour les évolutions technologiques de leur époque est une preuve supplémentaire de leur ancrage dans la société dans laquelle ils vivent. On est donc loin de l’image souvent véhiculée par la critique des poètes détachés de la cité. La cinquième partie met en relation les notions de globalisation et de démocratie avec la poésie expérimentale. Elle relève alors les connexions internationales entre les poètes expérimentaux et envisage une acception positive du phénomène de globalisation qui ne serait pas synonyme de nivellement, mais de dynamisation de la culture, notamment telle qu’elle apparaît dans la poésie plurilingue de Ernst Jandl (« Mischsprachen »). De plus, le rôle imparti au lecteur apparenterait cette poésie à des pratiques de l’actionnisme et de l’art de la performance ainsi qu’aux réflexions sur la démocratie participative qui se développent dans les années 1970. Bettina Thiers fournit ici une analyse inédite de la performance de Jandl lors de sa lecture au Royal Albert Hall de Londres, en analysant la voix et la gestuelle de l’auteur ainsi que l’interaction qui se crée avec le public. Enfin, la sixième partie est la conclusion de l’ouvrage, qui rapproche la poésie expérimentale de la théorie de « l’œuvre ouverte » d’Umberto Eco et situe cette poésie par rapport à la postmodernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Le Née, « Bettina Thiers, Experimentelle Poetik als Engagement. Konkrete Poesie, visuelle Poesie, Lautdichtung und experimentelles Hörspiel im deutschsprachigen Raum von 1945 bis 1970 », Germanica, 60 | 2017, 201-203.

Référence électronique

Aurélie Le Née, « Bettina Thiers, Experimentelle Poetik als Engagement. Konkrete Poesie, visuelle Poesie, Lautdichtung und experimentelles Hörspiel im deutschsprachigen Raum von 1945 bis 1970 », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3879

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page