Navigation – Plan du site

Dilettantentum als Kunst: der Fall Thomas Mann

Le dilettantisme en tant qu’art : le cas Thomas Mann
Dilettantism as art: the case of Thomas Mann
Elena Alessiato
p. 181-195

Résumés

Cette contribution explique la signification et la fonction de concepts tels que « décadence » et « dilettantisme » dans le contexte des Betrachtungen eines Unpolitischen (Considérations d’un apolitique), texte que Thomas Mann écrivit pendant la Première Guerre mondiale. Dans ce cadre, l’influence de Paul Bourget et d’Hermann Bahr est mise en évidence. Considérant que les Betrachtungen représentent une fresque culturelle aux intentions polémiques, la description de ce que Thomas Mann entend par art, est strictement liée à ce qu’il entend par critique – à savoir la critique exercée par l’artiste, et en particulier par l’artiste Thomas Mann au début du xxe siècle. Dans cette perspective, les Betrachtungen représentent à la fois le résultat de certaines postures culturelles et artistiques que Mann cultiva les années précédentes, et le laboratoire où de nouvelles attitudes comme l’émancipation et l’engagement se préparent. Nous soutenons que la critique de la modernité et de la civilisation occidentale, qui constitue le message central des Betrachtungen, fournit à l’artiste des arguments pour dépasser la décadence et les tendances au déclin culturel qu’il avait dénoncées auparavant.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Der Künstler als Kritiker
Der Künstler als Dilettant
Künstlertum als (dilettantische) Kritik

Aperçu du début du texte

Am 23.4.1925 schrieb Thomas Mann an Julius Bab: „Dass das Soziale meine schwache Seite ist – ich bin mir dessen voll bewußt und weiß auch, daß ich mich damit in einem gewissen Widerspruch zu meiner Kunstform selbst, dem Roman befinde, der das Soziale fordert und mit sich bringt. Aber der Reiz – ich drücke es ganz frivol aus – des Individuellen, Metaphysischen ist für mich nun einmal unvergleichlich größer“. Diese Bemerkung macht Thomas Mann in Bezug auf den Zauberberg, sie könnte aber auch für andere Werke von ihm gelten. Denn was er mit seinen Romanen meisterhaft geleistet hat, sind imposante literarische Fresken: große literarische Darstellungen von Zeitepochen, in dem der soziale und historische Kontext als zugleich repräsentativer Hintergrund und symbolische Projektion einer bestimmten Lebenssituation gilt. Das gilt sowohl für den Zauberberg als auch für Doktor Faustus, doch in erheblichem Maß für die Buddenbrooks, den „Roman des Fünfundzwanzigjährigen, an der Schwelle des Jahrh...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Alessiato, « Dilettantentum als Kunst: der Fall Thomas Mann », Germanica, 60 | 2017, 181-195.

Référence électronique

Elena Alessiato, « Dilettantentum als Kunst: der Fall Thomas Mann », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3836 ; DOI : 10.4000/germanica.3836

Haut de page

Auteur

Elena Alessiato

Universität Turin

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page