Navigation – Plan du site

Figures du féminin dans les récits de Thomas Mann jusqu’en 1912

Frauenfiguren in Thomas Manns Erzählungen bis 1912
Figures of Women in Thomas Mann’s narratives up to 1912
Maurice Godé
p. 135-152

Résumés

Les premiers récits de Thomas Mann mettent en scène des femmes infidèles, sans cœur et sans cervelle, qui usent de leur pouvoir de séduction pour asservir les hommes. « [La sexualité] est le poison à l’affût dans toute beauté », confie le jeune Thomas Mann à l’ami Grautoff. À partir du Petit Monsieur Friedemann (Der kleine Herr Friedemann, 1886), il met en œuvre des « masques discrets » (caricature, autodérision notamment) qui lui permettent de prendre une certaine distance par rapport à ses phobies. Par le personnage du bajazzo, il prend conscience des rapports étroits existant entre le manque de confiance en soi, le désir qui porte vers la beauté et la haine inspirée par les gens heureux. D’autres récits montrent que la femme peut, elle aussi, être victime de rapports de pouvoir : le baron Harry dans Un bonheur (Ein Glück) n’est pas moins brutal qu’Amra Jacoby dans Petite Louise (Luischen). Enfin, la dimension homoérotique présente dans certains récits – en premier lieu La Mort à Venise (Der Tod in Venedig) – contribue à relativiser les différences entre les sexes. La passion amoureuse est l’irruption de forces incontrôlables, un cataclysme (« Heimsuchung ») contre lequel Gustav von Aschenbach et le petit Monsieur Friedemann sont aussi démunis que – dans Joseph en Egypte (1936) – Mut-em-enet, l’épouse de Potiphar, tombée éperdument amoureuse de Joseph. Le « bonheur discipliné » attendu du mariage n’est jamais assuré.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Le poison à l’affût dans toute beauté »
Une éducation sentimentale dissuasive
Invention de « masques discrets » : l’ironie, le grotesque
« Cette chose exquise et inaccessible »
Identification aux êtres fragiles, bafoués, malheureux
Contre un art sensuel…
… pour un « bonheur discipliné »

Aperçu du début du texte

« Le poison à l’affût dans toute beauté »

Dans une lettre du 18 juin 1895 à Otto Grautoff, Thomas Mann explique qu’il devra retarder sa visite à son ami car « il y a ici quelque part à Munich une jeune fille qui n’a pas encore reçu assez de roses de moi et auprès de qui le velléitaire dégénéré que je suis n’a pas encore suffisamment joué le Brackenburg ». Il s’agit probablement d’Ilse Martens, sœur de l’ami de jeunesse Armin Martens et amie de Julia Mann, qui venait de s’installer à Munich pour y suivre des cours de chant et de piano. La formule – Brackenburg est l’amoureux éconduit dans Egmont de Goethe – reflète bien, avec une dose d’autodérision, le comportement gauche du jeune Thomas Mann à l’égard du sexe opposé. La correspondance entretenue par Thomas Mann dans les années 1890 avec Otto Grautoff et son frère aîné Heinrich traite souvent de la sexualité qui serait, comme il l’écrit au premier en novembre 1896, « le poison à l’affût dans toute beauté ». « Comme je la hais, cette ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godé, « Figures du féminin dans les récits de Thomas Mann jusqu’en 1912 », Germanica, 60 | 2017, 135-152.

Référence électronique

Maurice Godé, « Figures du féminin dans les récits de Thomas Mann jusqu’en 1912 », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3752 ; DOI : 10.4000/germanica.3752

Haut de page

Auteur

Maurice Godé

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page