Navigation – Plan du site

„Daß man gestorben sein muß, um ganz ein Schaffender zu sein“

Der Tod in Thomas Manns frühen Erzählungen
“That one must have died in order to be altogether a creator.” Death in Thomas Mann’s early works
« Qu’il faille être mort pour être tout à fait un créateur ». La mort dans les récits de jeunesse de Thomas Mann
Frédéric Weinmann
p. 103-116

Résumés

La stratégie narrative de Thomas Mann inclut, comme on le sait, l’« éminent recopiage » de textes scientifiques tels que par exemple l’article sur le typhus dans l’Encyclopédie Meyer, qui servit de base à la description de l’agonie du jeune Hanno Buddenbrook. Une exploitation aussi sereine de sources étrangères est à mettre en rapport avec le refoulement de sentiments personnels, général chez Thomas Mann, et l’invention de masques. Dès lors, la présence frappante de la mort dans son œuvre de jeunesse s’explique en grande partie par la mort prématurée de son père et le suicide traumatisant d’une sœur cadette, que Mann a abordés de manière cryptée en traduisant symboliquement tout ce qui relevait du privé dans un système d’équivalences complexe. Ainsi, l’assimilation de la véritable existence d’artiste à la mort, dont on trouve l’expression la plus aboutie dans Tonio Kröger et La mort à Venise, est également une conséquence du travail de deuil et de l’expérience de la fragilité de la vie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

In Thomas Manns allerersten, oft aufeinander paarweise antwortenden Erzählungen spielt der Tod eine auffallend große Rolle: Beinahe die Hälfte der zwischen 1893 und 1903 veröffentlichten Kurzgeschichten enden mit dem eintretenden oder zumindest bevorstehenden Ableben des Protagonisten. Außerdem stirbt in Tobias Mindernickel und in Tristan zwar nicht die männliche Hauptfigur, aber immerhin deren Opfer, ob ein gesunder Hund oder eine kranke Frau. Einer dieser Erzählungen gibt eines der Leitmotive in Manns Jugendwerk sogar ihren Titel: Der Tod besteht aus den Aufzeichnungen eines Grafen, der überzeugt ist, am 12. Oktober seines vierzigsten Lebensjahres sterben zu müssen, und vom 10. September an das Tagebuch seiner vermeintlich letzten Wochen und Tage auf Erden führt. Die keineswegs fantastische, sondern beinahe kafkaeske Geschichte handelt eigentlich von einem erweiterten Selbstmord, da die zwölfjährige Tochter des Ich-Erzählers und einer, inzwischen verstorbenen, Portugiesin am 11. O...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Weinmann, « „Daß man gestorben sein muß, um ganz ein Schaffender zu sein“ », Germanica, 60 | 2017, 103-116.

Référence électronique

Frédéric Weinmann, « „Daß man gestorben sein muß, um ganz ein Schaffender zu sein“ », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3734 ; DOI : 10.4000/germanica.3734

Haut de page

Auteur

Frédéric Weinmann

Lycée Hélène Boucher, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page