Navigation – Plan du site

Réflexions esthétiques dans les récits de Thomas Mann Gladius Dei (1902) et Beim Propheten (1904)

Ästhetische Betrachtungen in Thomas Manns Erzählungen Gladius Dei (1902) und Beim Propheten (1904)
Aesthetic reflections in the stories of Thomas Mann Gladius Dei (1902) and Beim Propheten (1904)
Joëlle Stoupy
p. 67-80

Résumés

Les textes que nous voudrions considérer de plus près encadrent la parution de la nouvelle Tonio Kröger et permettent de retracer l’esthétique de Thomas Mann aux alentours de 1900, de mettre en lumière ses variations. Le premier récit, Gladius Dei (1902), a été rédigé à l’automne 1901 et entretient des rapports directs avec le drame de la Renaissance Fiorenza (1905), le seul drame que Thomas Mann ait écrit. On sait que la figure du prédicateur italien Savonarole (1452-1498) se retrouve dans le personnage de Hieronymus dans le récit Gladius Dei. Thomas Mann choisit de transplanter son personnage dans le Munich de 1900, à l’époque du Renaissancisme. On y trouve en filigrane, sous les traits grotesques de Hieronymus, une prise de position face à l’esthétique d’Heinrich Mann, à la passion pour la Renaissance que décèle Thomas Mann à cette époque chez son frère ainé. Le second texte choisi, Beim Propheten (1904), a pour cadre la bohème munichoise, plus précisément la mansarde du poète et disciple de Stefan George, Ludwig Derleth (1870-1948) qui compte parmi les poètes et penseurs « cosmiques ». Sous les traits d’un jeune nouvelliste, Thomas Mann confronte sa conception de l’art aux « proclamations » de Ludwig Derleth, renouant ici avec la réflexion sur l’art qu’il a menée dans Tonio Kröger. Alors que dans Gladius Dei, le caractère radical de Hieronymus était accueilli avec une certaine sympathie par l’auteur, celui de Derleth semble suspect, même si le personnage du nouvelliste est par certains côtés intrigué par son esthétique et son art prophétique. Ce texte en apparence insignifiant met en scène un prophète que l’on retrouvera dans l’œuvre de la maturité sous les traits de Daniel Zur Höhe. Si en 1904, la réflexion est tout d’abord esthétique, à la lumière des événements historiques et des dictatures, elle est devenue, à l’époque du Doktor Faustus (1947), avant tout politique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Munich et le renaissancisme aux alentours de 1900
Hieronymus à Munich – entre rejet et sympathie
Un exemple de bohème à Schwabing

Aperçu du début du texte

Dans un de ses carnets de notes, Thomas Mann mentionne, vers la fin de l’année 1899, alors qu’il n’a pas encore achevé son premier roman Buddenbrooks (1901), deux sujets de nouvelles. Le premier sujet, un duel d’enfants, n’a jamais été traité par l’auteur. Le second fait, lui, référence au thème de Gladius Dei, une nouvelle que Thomas Mann écrira à l’automne 1901 et qui sera tout d’abord publiée en juillet 1902 dans la revue viennoise Die Zeit. Cette note qui évoque un jeune chrétien dans un magasin d’art fait partie de celles que prend Thomas Mann, dès 1898, pour le drame de la Renaissance qu’il veut écrire, qu’il nomme au début de sa conception Der König von Florenz et qui aura plus tard pour titre Fiorenza (1905). En 1899, cependant, alors qu’il note son idée d’une nouvelle, d’autres projets commencent à se profiler, notamment Tonio Kröger (1903), et Thomas Mann laisse momentanément de côté le sujet de la future nouvelle Gladius Dei. Fin avril 1901, la nouvelle burlesque Tristan ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Stoupy, « Réflexions esthétiques dans les récits de Thomas Mann Gladius Dei (1902) et Beim Propheten (1904) », Germanica, 60 | 2017, 67-80.

Référence électronique

Joëlle Stoupy, « Réflexions esthétiques dans les récits de Thomas Mann Gladius Dei (1902) et Beim Propheten (1904) », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3693 ; DOI : 10.4000/germanica.3693

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page