Navigation – Plan du site

Ironice verheiratet? Thomas Manns frühe Novelle Der Wille zum Glück als eine narrative Konkretisierung von Nietzsches Zur Genealogie der Moral

Marié ironice? La nouvelle La volonté de bonheur du jeune Thomas Mann comme une concrétisation narrative de la Généalogie de la morale de Nietzsche
Married ironice? Thomas Mann’s early novella The Will to Happiness as a narrative materialization of Nietzsche’s On the Genealogy of Morality
Benjamin Biebuyck
p. 47-65

Résumés

Pendant l’été 1896, la revue littéraire Simplicissimus publia en trois épisodes la nouvelle Der Wille zum Glück, que Thomas Mann avait écrite quelques mois avant, après un voyage commun en Italie avec son frère Heinrich. La nouvelle raconte l’histoire d’un artiste très malade ; sa vie est prolongée par son désir d’être uni avec sa bien-aimée – son ‘volonté de bonheur’ –, jusqu’à ce que ce désir soit/assouvi. À cette époque, l’écriture de Mann fut fortement exposée à la constellation intellectuelle formée par Schopenhauer, Wagner et Nietzsche. Concernant l’influence de Nietzsche, les recherches se sont bornées jusqu’à présent à quelques références ponctuelles : le titre, l’expression « pathos de la distance », les images animales. Le but de cet article est de montrer que la nouvelle de Thomas Mann documente une réception intense notamment du troisième essai de la Généalogie de la morale de Nietzsche. Ainsi, l’artiste n’est pas un exemple de la fluidité de la volonté mais plutôt une variante atypique du prêtre ascétique, qui fonctionnalise dans la philosophie de Nietzsche la souffrance pour gagner le pouvoir. La concrétisation narrative de l’architexte de Nietzsche permet d’activer une forme d’ironie qui était nouvelle pour le jeune Mann et qui est visible seulement pour le lecteur averti : l’ironie intertextuelle, qui fait apparaître derrière l’allure tragique une toute autre dimension comique de la nouvelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

In der Hochzeitsnacht
Nietzsche auf der Spur
Telephon des Jenseits
Pathos der Distanz
Ernst und Triumph
Ein neuer Raubtiertypus
Schluss: Intertextuelle Ironie

Aperçu du début du texte

Edward Verhofstadt
in dankbarer Freundschaft gewidmet

In der Hochzeitsnacht

In vielerlei Hinsicht entsprechen Thomas Manns frühe Erzählungen denselben Konstruktionsprinzipien der späteren Prosa, insbesondere was ihre Verwurzelung in der Biographie des Schriftstellers betrifft. Dass Mynheer Peeperkorn nicht mit Gerhart Hauptmann identisch ist, unterliegt keinem Zweifel. Gewiss ist aber zugleich, dass Mann sich für die Inszenierung von Peeperkorn sehr von seinen Begegnungen mit Hauptmann inspirieren ließ. Und der musikhistorische Austausch mit Theodor W. Adorno hatte einen so tief greifenden Einfluss auf die Vorbereitungen von Doktor Faustus, dass Mann sich 1947 genötigt sah, in einem Roman eines Romans Adornos intellektuellen Beitrag zur Entstehung des Doktor Faustus zu verdeutlichen.

Während die Verbindungen zwischen Text und Biographie in den großen Romanprojekten ausführlich dokumentiert wurden, ist dies bei den frühen Erzählungen viel weniger der Fall. Trotz des Renommees ihres Autor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Biebuyck, « Ironice verheiratet? Thomas Manns frühe Novelle Der Wille zum Glück als eine narrative Konkretisierung von Nietzsches Zur Genealogie der Moral », Germanica, 60 | 2017, 47-65.

Référence électronique

Benjamin Biebuyck, « Ironice verheiratet? Thomas Manns frühe Novelle Der Wille zum Glück als eine narrative Konkretisierung von Nietzsches Zur Genealogie der Moral », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 23 août 2017. URL : http://germanica.revues.org/3663 ; DOI : 10.4000/germanica.3663

Haut de page

Auteur

Benjamin Biebuyck

Universität Gent

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page