Navigation – Plan du site

Le baromètre de l’âme : émotions et couleurs du temps dans l’œuvre de jeunesse de Thomas Mann (1893-1912)

Das Seelenbarometer : Emotionen und Wetterlage in Thomas Manns Frühwerk (1893-1912)
The barometer of the soul: emotions and weather conditions in Thomas Mann’s early short stories (1893-1912)
Sylvie Grimm-Hamen
p. 31-45

Résumés

Écrites entre 1893 et 1912, les nouvelles du jeune Thomas Mann permettent d’observer l’évolution des rapports entre les « états d’âme » (Gefallen, 29) des personnages et « l’état du baromètre » (Tonio Kröger, 303). Dès ses premiers textes, l’écrivain se joue des codes littéraires et mine le parallélisme traditionnel entre les couleurs du temps et les sentiments. Les conditions météorologiques sont des instruments permettant de sonder et de déjouer les représentations que les personnages se font de la réalité, et donc des moyens efficaces de subversion du réalisme. Les conditions atmosphériques n’en traduisent pas moins aussi, au fil des récits, l’approfondissement progressif de l’appréciation de soi et du monde.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Conclusion

Aperçu du début du texte

Les « états d’âme » des personnages mis en scène par Thomas Mann ne sont pas séparables de l’état du ciel et du temps qu’il fait. La montée des températures, les mouvements du vent, le rythme des saisons et les sons ou les odeurs qu’ils charrient sont souvent discrètement, mais constamment présents. Ils n’accompagnent pas seulement la montée des désirs, le dessin des rêves, l’éveil des sentiments, les rouages de la pensée. Ils sont aussi vécus et subis, parfois implacablement. L’humeur peut varier du tout au tout avec l’obscurcissement de l’horizon, le rougeoiment du crépuscule, l’arrivée d’un orage. Les effets, tant physiologiques que psychologiques, de cette sensibilité climatique peuvent paraître mineurs au regard du pouvoir que la musique peut exercer sur eux, ils n’en participent pas moins à leur sentiment d’existence.

Écoutons le Paillasse dire l’expérience euphorisante que lui procurent les vibrations chaudes de l’air ou la douceur suave d’une brise qui entrent par sa fenêtre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Grimm-Hamen, « Le baromètre de l’âme : émotions et couleurs du temps dans l’œuvre de jeunesse de Thomas Mann (1893-1912) », Germanica, 60 | 2017, 31-45.

Référence électronique

Sylvie Grimm-Hamen, « Le baromètre de l’âme : émotions et couleurs du temps dans l’œuvre de jeunesse de Thomas Mann (1893-1912) », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 23 août 2017. URL : http://germanica.revues.org/3645 ; DOI : 10.4000/germanica.3645

Haut de page

Auteur

Sylvie Grimm-Hamen

Université de Lorraine (Nancy)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page