Navigation – Plan du site

Au seuil de l’œuvre

Remarques liminaires sur quelques manières de lire ensemble les Frühe Erzählungen de Thomas Mann
An der Schwelle zum Werk. Einleitende Anmerkungen zu einigen Arten und Weisen, Thomas Manns Frühe Erzählungen als Gesamtheit zu lesen
About a near work. Preliminary remarks as to how Thomas Mann’s Frühe Erzählungen may be read as a whole
Bénédicte Terrisse
p. 11-30

Résumés

Dans cette contribution, nous nous proposons d’aborder le volume des Frühe Erzählungen de Thomas Mann à travers le prisme de recueil et la question de la lecture. Entre forme brève et forme longue, le recueil demande à la fois une lecture attentive aux particularités et différences de chacune des nouvelles qui le composent et une lecture d’ensemble du livre. Il pose de manière aiguë la question de l’œuvre. Partant de considérations matérielles qui semblent éloigner les Frühe Erzählungen du statut d’œuvre, telles que sa nature de volume d’œuvres complètes et le mode de publication polytextuel des nouvelles, nous montrons comment le questionnement sur l’œuvre est réfléchi par les textes du corpus eux-mêmes. Enfin, l’unité de l’assemblage hétérogène que constitue le volume des Frühe Erzählungen apparaît comme un effet de lecture activant de manière aléatoire la multitude de liens internes et externes reliant les textes du volume et leur dehors. C’est ce qu’avec René Audet nous appelons « lecture hypertextuelle ». N’est-ce pas finalement à travers l’univers fictionnel qui émerge à la lecture des nouvelles que se constitue l’œuvre des Frühe Erzählungen ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Comment lire un volume d’œuvres complètes ?
Comment lire une œuvre polytextuelle ?
Intégrer la question de l’œuvre à l’interprétation des Frühe Erzählungen
Lire les Frühe Erzählungen comme un hypertexte
Des artistes sans œuvre à l’œuvre sans auteur ?

Aperçu du début du texte

« Ah, comme j’aime et admire le fait d’accomplir une œuvre », écrit Thomas Mann à propos de Wagner dans son journal le 19 juin 1954, avant de citer les Buddenbrooks, Zauberberg, Joseph et Faustus, comme étant les textes grâce auxquels il a pu incarner un « petit faiseur d’œuvre accomplie ». Ainsi, à la fin de sa vie, c’est le roman qui aux yeux de Thomas Mann incarne l’œuvre accomplie et fait de lui un véritable créateur.

Où situer les « Frühe Erzählungen 1893-1912 » dans cette suite d’œuvres accomplies ? N’avons-nous pas là affaire à tout le contraire d’une œuvre ? S’agit-il d’un seul ou plusieurs textes ? Et si Thomas Mann est l’auteur de chacun des textes, est-il pour autant l’auteur de l’ensemble en tant qu’ensemble – et y a-t-il ensemble ?

Ces questions sont liées à celle du genre de la nouvelle et son mode de publication polytextuel. En effet, l’unité textuelle qu’est la nouvelle coïncide rarement avec une unité de publication, c’est-à-dire qu’elle ne constitue « quasiment jama...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Terrisse, « Au seuil de l’œuvre », Germanica, 60 | 2017, 11-30.

Référence électronique

Bénédicte Terrisse, « Au seuil de l’œuvre », Germanica [En ligne], 60 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3623 ; DOI : 10.4000/germanica.3623

Haut de page

Auteur

Bénédicte Terrisse

Université de Nantes, CRINI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page