Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Martin Luther, Von den Juden und ihren Lügen – neu bearbeitet und kommentiert von Matthias Morgenstern

Wiesbaden, Berlin University Press, 2016
Martine Benoit
p. 181-183
Référence(s) :

Martin Luther, Von den Juden und ihren Lügen – neu bearbeitet und kommentiert von Matthias Morgenstern, Wiesbaden, Berlin University Press, 2016.

Texte intégral

  • 1 « Es kann kein Reformationsjubiläum geben, das bei aller Freude über die Errungenschaften der Refor (...)

1Depuis octobre 2016 et jusqu’en octobre 2017 est célébré en Allemagne le « jubilé de Luther », qui commémore le 500e anniversaire du placard par Luther, le 31 octobre 1517, de ses 95 thèses sur la porte du château de Wittemberg. Margot Käßmann, ambassadrice de l’Église évangélique pour le jubilé, affirmait dans une contribution à la Frankfurter Allgemeine Zeitung remontant à avril 2013 que ces commémorations devaient « au-delà de la joie devant les acquis de la Réforme, dire les parts d’ombre »1. La publication, au milieu de l’année 2016, d’une édition savante et critique, accessible au plus grand nombre, du texte violent de Luther, Von den Juden und ihren Lügen, participe de cette volonté tôt exprimée. Ce texte appartient à la dernière période de production de Luther pour laquelle la critique parle de revirement chez le Réformateur : car si les écrits antérieurs portent l’espoir de convaincre les Juifs de se convertir (et donc de ne pas les attaquer), Des Juifs et de leurs mensonges est un texte agressif.

2Le travail scrupuleux et brillant de Matthias Morgenstern, Professeur à l’Université de Tübingen, s’articule en trois moments : après un propos introductif court est édité le texte de Luther accompagné d’un appareil scientifique important (abondantes notes de bas de page, glossaire, index des noms cités, registre des citations bibliques, registre des références talmudiques) ; un appendice de 25 pages intitulé « Considérations sur un document de la honte », enrichi par une bibliographie, clôt cette édition.

  • 2 Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges, Édition critique traduite de l’allemand par Johanne (...)
  • 3 Martin Luther, Degli ebrei e delle loro menzogne, traduction d’Adelisa Malena, introduction d’Adria (...)
  • 4 Martin Luther, On the Jews and Their Lies, dans Luther’s Works, volume 47, édité par H.T. Lehmann, (...)
  • 5 Voir le site du laboratoire ACP (Analyse Comparée des Pouvoirs) de l’Université Paris-Est-Marne la (...)
  • 6 Voir http://www.laviedesidees.fr/Haines-de-Luther.html.

3Après une courte introduction du Président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne, Heinrich Bedford-Strohm, évoquant un « texte repoussant » dont l’instrumentalisation notamment par les nazis n’excuse en rien le Réformateur, Matthias Morgenstern exprime, dans sa courte présentation, une première consternation : le texte de Luther existe dans des éditions scientifiques récentes en français (2015)2, en italien (2000)3, en anglais (1971)4 – mais la plus récente édition en allemand moderne date de… 1936 et l’éditeur de l’époque, Walter Holstens, saluait alors cet écrit comme celui auquel « Luther devait sa gloire comme antisémite de premier plan » (XIII). Matthias Morgenstern souligne d’ailleurs d’emblée sa dette à la traduction française, qui date de 2015 et que nous devons à Johannes Honigmann, le fils de Barbara Honigmann : c’est en effet une superbe traduction, elle-même introduite et annotée par un universitaire de talent, Pierre Savy, spécialiste des identités juives et chrétiennes au Moyen Âge et à l’époque moderne5. À la sortie de cette traduction française, La Vie des Idées a publié sous le titre « Haines de Luther » une recension riche de la jeune historienne Marion Deschamps6. De cette consternation exprimée par Matthias Morgenstern est né un double dessein : tout d’abord rendre disponible au public allemand d’aujourd’hui ce texte que la plupart des Luthériens aimeraient faire oublier. Le texte peut donc être lui-même considéré comme une traduction en allemand contemporain, le choix de la traduction est d’ailleurs souvent documenté en notes de bas de page ; l’ajout en outre de titres et de sous-titres permet de mieux s’orienter dans le cheminement de la pensée de Luther : la table des matières fait ainsi état de 8 grands chapitres, avec une introduction et une conclusion, le septième de ces chapitres étant constitué du fameux catalogue des mesures antijuives, que le huitième chapitre répète à l’attention des pasteurs. En second lieu, et c’est là certainement ce qui fait l’originalité de cette édition, la présentation et le commentaire du texte de Luther sont exprimés du point de vue du judaïsme. Car si Matthias Morgenstern est pasteur depuis 1999 dans le Wurtemberg, il est aussi professeur à l’Institutum Judaicum de l’Université de Tübingen, chercheur en histoire des religions, spécialiste certes du dialogue judéo-chrétien, mais surtout du Talmud de Jérusalem et de la littérature rabbinique. Le texte de Luther est ainsi commenté à l’aide de quelque 1000 notes de bas de page qui ont un triple objet : certaines renvoient au très riche glossaire comprenant des entrées sur des termes hébraïques (« goj », « prière de l’Aleinu »), sur la tradition juive (circoncision, texte biblique et ses personnages tels Job ou Isaïe), sur les reproches antijudaïques (déicide, profanation de l’hostie, « truie juive », meurtre rituel, diabolisation, usure) et sur de grands personnages de l’époque (Sebastian Münster par exemple). D’autres notes renvoient à des écrits, comme à l’édition de Weimar des textes de Luther qui, pour le volume 53 comprenant Von den Juden und ihren Lügen, date de l’année 1920, et avec lequel la traduction nouvelle est confrontée ; à d’autres textes de Luther ; à des références à l’Ancien ou au Nouveau Testament. Matthias Morgenstern utilise enfin ces notes pour suggérer ce qu’aurait pu rétorquer un exégète juif de l’époque, en invoquant des références au Talmud, à la Thora ou des midrashim : ces réponses juives à Luther plongent le lecteur dans l’univers de la disputation judéo-chrétienne moyenâgeuse.

4Pour Matthias Morgenstern, le jubilé de Luther oblige les Allemands à se confronter aux propos de Luther sur les Juifs, à « vraiment tout mettre sur la table » (252). Matthias Morgenstern souligne que les propos haineux sont introduits par un long préambule exégétique déterminant pour Luther qui veut démontrer l’ancrage du mensonge des Juifs dans leur lecture même de la Bible. Le titre même du texte est une référence au verset 8,44 de l’Évangile de Jean dans lequel les deux thèmes du mensonge et de l’origine diabolique sont liés. Malgré les propos haineux et insupportables, il fallait une publication nouvelle de ce texte dont Matthias Morgenstern rappelle « la coresponsabilité pour les actes de violence et les débordements antijuifs de sa propre époque » (272), mais aussi son utilisation sous le nazisme qui fit dire à Julius Streicher, l’éditeur du Stürmer, lors du procès de Nuremberg, que les juges se trompaient et devraient faire comparaître Luther à sa place. Aussi ne peut-on que saluer cette nouvelle édition commentée avec précision et sans concession en cette année Luther.

Haut de page

Notes

1 « Es kann kein Reformationsjubiläum geben, das bei aller Freude über die Errungenschaften der Reformation ihre Schattenseiten nicht benennt ». FAZ du 1.4.2013. http://www.faz.net/aktuell/politik/inland/fremde-federn-margot-kaessmann-die-dunkle-seite-der-reformation-12131764.html Consulté le 8 janvier 2017.

2 Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges, Édition critique traduite de l’allemand par Johannes Honigmann ; Introduction et notes de Pierre Savy, Paris, Honoré Champion, 2015.

3 Martin Luther, Degli ebrei e delle loro menzogne, traduction d’Adelisa Malena, introduction d’Adriano Prosperi, Turin, Einaudi, 2000.

4 Martin Luther, On the Jews and Their Lies, dans Luther’s Works, volume 47, édité par H.T. Lehmann, traduction de Martin H. Bertram, Philadelphia, 1971.

5 Voir le site du laboratoire ACP (Analyse Comparée des Pouvoirs) de l’Université Paris-Est-Marne la Vallée : http://acp.u-pem.fr/equipe/pierre-savy/?no_cache=1

6 Voir http://www.laviedesidees.fr/Haines-de-Luther.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Martin Luther, Von den Juden und ihren Lügen – neu bearbeitet und kommentiert von Matthias Morgenstern », Germanica, 59 | 2016, 181-183.

Référence électronique

Martine Benoit, « Martin Luther, Von den Juden und ihren Lügen – neu bearbeitet und kommentiert von Matthias Morgenstern », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3584

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Université de Lille SHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page