Navigation – Plan du site
La modernité française en RDA : un séminaire au Bundesarchiv

Georges Perec in der Literaturlandschaft der DDR, oder: Die Leerstelle der Shoah in Poetik und Erinnerungspolitik

Georges Perec dans le paysage littéraire de la RDA, ou: la Shoah comme blanc dans la poétique et la politique du souvenir
Georges Perec in the Literary Landscape of the GDR, or: The Void of the Shoah in Poetics and the Politics of Remembrance
Gloria Freitag
p. 171-179

Résumés

Cette contribution examine la constellation historico-politique qui forme le contexte dans lequel quelques œuvres de Georges Perec sont intégrées au paysage littéraire de RDA, tandis que d’autres ne parviennent pas à obtenir l’imprimatur nécessaire. Dans un premier temps, on mettra en évidence les critères à l’aune desquels les textes sont expertisés. Puis, on considérera ces critères dans le rapport qu’ils entretiennent avec le discours politico-historique de la RDA. Avec Georges Perec, on assiste à la rencontre entre un auteur dont le travail exigeant sur la forme tente de trouver une forme d’expression de la Shoah et un discours du souvenir dans lequel l’expérience de la résistance communiste est privilégiée et où l’assassinat des Juifs d’Europe, au contraire, constitue un blanc. Par son esthétique du blanc, Perec sonde la possibilité de rendre présente dans la forme même la négativité de l’expérience. Ce sont aussi ces formes négatives de l’expérience que la politique culturelle de RDA rejette dans son refus de la littérature de la modernité. Sa conception de la modernité est par conséquent indissociable d’une certaine politique du souvenir, comme on le montrera à partir de la critique du récit autobiographique W ou le Souvenir d’enfance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Georges Perec in der Begutachtung
Das Bild des Autors im Lichte der NS-Gedächtnisbildung der DDR
Die Leerstellen der Shoah

Aperçu du début du texte

Georges Perec ist in der Literaturlandschaft der DDR nicht leicht zu verorten. Das Verhältnis der Verlagsakteure zu diesem Autor changiert zwischen Interesse und Ablehnung: auf der einen Seite die Anerkennung der politischen Grundeinstellung des Autors; auf der anderen Seite die Distanzierung von einer Literatur, die sich in ihrem experimentellen Gestus selbst genüge – und dies seit dem Beitritt Perecs zur „Schreibwerkstatt“ Oulipo1967. Nichtsdestotrotz gilt er im internationalen Programm des Verlags Volk und Welt als „Standardautor“. Tatsächlich wurden drei seiner Werkeveröffentlicht: 1965 erscheint der mit dem Prix Renaudot ausgezeichnete Roman Die Dinge, ein Jahr später die Novelle Was für ein kleines Moped…? und 1978 schließlich die autobiographische Erzählung W oder die Erinnerung an die Kindheit. Dem stehen aber fünf seiner Bücher gegenüber, deren Veröffentlichung in einem sogenannten Druckgenehmigungsverfahren abgelehnt wurde. Zumeist nimmt man Anstoß an Perecs „Sprachakrobat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gloria Freitag, « Georges Perec in der Literaturlandschaft der DDR, oder: Die Leerstelle der Shoah in Poetik und Erinnerungspolitik », Germanica, 59 | 2016, 171-179.

Référence électronique

Gloria Freitag, « Georges Perec in der Literaturlandschaft der DDR, oder: Die Leerstelle der Shoah in Poetik und Erinnerungspolitik », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://germanica.revues.org/3563 ; DOI : 10.4000/germanica.3563

Haut de page

Auteur

Gloria Freitag

Friedrich-Schiller-Universität Jena

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page