Navigation – Plan du site
La modernité française en RDA : un séminaire au Bundesarchiv

Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991

Erwartungshorizont und Horizonterweiterung. Rezeption des Werks Paul Éluards in der SBZ/DDR (1946-1991)
Horizon of expectation and horizon-extension. Reception of Paul Éluard’s work in SOZ/ GDR (1946-1991)
Jérôme Okecki
p. 149-160

Résumés

On se propose ici d’étudier les tendances qui dominent la réception de l’œuvre de Paul Éluard en RDA, à partir des éditions de ses poèmes, de leur paratexte, et des « Gutachten » (expertises) recommandant leur publication. Cette réception est polarisée par une double focalisation, sur le caractère novateur de la partie surréaliste de son œuvre, et sur le caractère politique de la partie communiste : ce mode de réception présent en France est exacerbé en RDA, où Éluard est condamné sous l’étiquette de « moderniste », et valorisé comme poète du Parti Communiste. La tension entre reconnaissance et condamnation se résout de 1946 à 1953 au profit de la reconnaissance, qui prend la forme d’une canonisation ; par la suite, le « modernisme » est perçu comme une erreur du poète à justifier. La cohérence d’un parcours ainsi polarisé devient un problème. Les critères de valorisation du poète engagé, élaborés pendant sa canonisation (1946-1953), participent de cette manière à la constitution d’un horizon d’attente, dont les acteurs de la réception se voient obligés de satisfaire les exigences, et à partir duquel ils peuvent présenter une vision personnelle d’Éluard en faisant référence à la dimension révolutionnaire de son langage poétique ou en l’intégrant à un projet politique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Éluard entre modernisme et communisme
La période de canonisation (1946-1953)
Le modernisme comme problème (1955-1974)
Éluard par le biais de Stephan Hermlin (1974-1986)
Conclusion : Modernisme et conservatisme dans la réception d’Éluard en RDA

Aperçu du début du texte

Éluard entre modernisme et communisme

La réception de l’œuvre de Paul Éluard en RDA offre un cas intéressant d’imposition parfois contradictoire de deux préjugés sur l’objet d’étude. Ceux-ci sont le modernisme de l’auteur et son statut d’écrivain engagé et communiste. Déterminer la justesse de l’une ou l’autre de ces affirmations portant sur le contenu de l’œuvre du poète est un travail d’interprétation plutôt que d’histoire de l’interprétation : le présent travail se fixe au contraire pour but de déterminer, au sein de l’histoire littéraire de la RDA, le rôle de ces deux jugements prédéfinis dans la création d’un horizon d’attente, au sein duquel les textes ayant trait à la réception d’Éluard (traductions, réécritures, interprétations scientifiques, préfaces) se meuvent. Le concept opératoire d’« horizon d’attente » désigne donc le phénomène résultant de la conglomération de ces préjugés : il subsume des jugements portés a priori sur une œuvre, en fonction d’une image que le lecteur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Okecki, « Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991 », Germanica, 59 | 2016, 149-160.

Référence électronique

Jérôme Okecki, « Horizon d’attente et élargissement d’horizon. Réception de l’œuvre de Paul Éluard en ZOS/RDA 1946-1991 », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3521 ; DOI : 10.4000/germanica.3521

Haut de page

Auteur

Jérôme Okecki

ENS (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page