Navigation – Plan du site
La modernité française en RDA : un séminaire au Bundesarchiv

Paul Verlaine und die Rezeption der französischen Moderne in der DDR

Verlaine et la réception de la modernité française en RDA
Verlaine and the East German Reception of French Modern Literature
Tilman Schreiber
p. 135-142

Résumés

Parmi les auteurs de la première modernité française, Paul Verlaine est le premier dont l’œuvre fasse l’objet d’une édition en RDA en 1970. Cette date de publication précoce, de même que la constance avec laquelle Verlaine est publié dans l’État est-allemand, peut à première vue paraître étonnante, d’autant que l’auteur de Art poétique et de Mon Dieu m’a dit s’écarte des normes poétologiques du réalisme socialiste. Cet étonnement disparaît lorsque l’on associe l’histoire de la réception de Verlaine en RDA avec celle d’avant 1949. À travers ce rapprochement, il apparaît qu’aucune tentative sérieuse n’a été faite dans l’État de RDA pour remettre en cause le statut de classique que le poète français possédait déjà lors de sa fondation. Verlaine était trop solidement ancré dans les histoires culturelles des auteurs et lecteurs de RDA. Les éditions Insel, par exemple, firent certes paraître en 1977 une édition dont l’ambition affichée était de rendre un peu plus objective l’image du poète. Dans de nombreux jugements fondamentaux cependant l’ouvrage restait fidèle à l’image d’un Verlaine « bourgeois », ne faisant, de surcroît, son entrée dans le discours officiel tout au plus comme hypothèse d’interprétation. Au regard de la réception de la modernité en RDA, le « cas Verlaine » montre très clairement qu’il n’est possible de répondre à cette question qu’en se fondant sur une analyse chronologique différenciée de la réception des auteurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Methodologische Vorbemerkungen
Stefan Zweig – Verlaine als ‚deutscher’ Lyriker
Stephan Hermlin – Der ‚spätbürgerliche‘ Verlaine
Manfred Starke – Der ‚versachlichte‘ Verlaine
Anfangs- und Endpunkt – Der ‚bibliophile‘ Verlaine

Aperçu du début du texte

Methodologische Vorbemerkungen

Die Frage nach der Rezeption der französischen Moderne in der DDR ist im besonderen Maße eine Frage nach politisch-kultureller Identität. Sie berührt zum einen das Selbstverständnis des Staates im Allgemeinen, also seine sich in Opposition zur bundesrepublikanischen ‚Geschichte‘ verstehenden Bestrebungen der Traditionsstiftung. Zum anderen betrifft sie natürlich das Selbstverständnis vieler ‚Kulturschaffender’, d.h. von Autoren, Verlegern, Publizisten und allen sonstigen Lesern. Etwas allgemeiner gesprochen bezeichnet der Begriff der ‚Rezeption’ also ein ganzes System von Prozessen, die sich sowohl zwischen unterschiedlichen Instanzen als auch auf jeweils unterschiedliche Weise vollziehen. Damit besitzt er streng genommen den Charakter eines Kollektivsingulars.

An diese erste Überlegung ist eine zweite anzuschließen, die sich nicht so sehr auf den allgemeinen Vorgang der Aneignung als vielmehr auf die Texte bezieht, die unter dem Signum der ‚französische...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tilman Schreiber, « Paul Verlaine und die Rezeption der französischen Moderne in der DDR », Germanica, 59 | 2016, 135-142.

Référence électronique

Tilman Schreiber, « Paul Verlaine und die Rezeption der französischen Moderne in der DDR », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3490 ; DOI : 10.4000/germanica.3490

Haut de page

Auteur

Tilman Schreiber

Friedrich-Schiller-Universität Jena

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page