Navigation – Plan du site

Paul Celan ou les affres de la modernité

Paul Celan oder die Qualen der Moderne
Paul Celan or the Throes of Modernity
Clément Fradin
p. 83-98

Résumés

Paul Celan (1920-1970) ne figure pas, loin s’en faut, au panthéon des « modernes ». Ce n’est pourtant pas faute d’avoir engagé un dialogue exigeant avec les auteurs dits de la « modernité », comme l’a montré R. Colombat dans une suite d’études sur ce point qui concluent à la complexité de la position poétologique celanienne si on s’en tient aux coordonnées usuelles de la critique littéraire. On peut légitimement espérer retrouver le fil plus immédiat de la perception de la « modernité » celanienne en remontant aux recensions journalistiques de deux de ses œuvres – Mohn und Gedächtnis (1952) et Atemwende (1967) – situées aux extrêmes de sa vie d’auteur. En montrant que celles-ci tendent finalement dans les deux cas à nier la charge de réalité portée par les poèmes, que ce soit par l’assignation au surréalisme ou à l’obscurité congénitale de la poésie, nous en arrivons à dégager un principe poétique celanien qui y répond : « l’actualité ». Loin de refuser la réalité, Celan développe une poésie profondément référentielle et ancrée dans l’époque, au point qu’on peut y retrouver un aspect réellement « moderne », la réflexivité, ce que deux poèmes non-publiés de janvier 1969 viennent souligner, faisant suite à la lecture par Celan d’une critique, sérieuse, de son œuvre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Celan et la « modernité littéraire »
Celan face au tribunal de ses contemporains
Modernité vs actualité : réalité et référentialité chez Paul Celan
Conclusion : le trajet vers la réflexivité

Aperçu du début du texte

Celan et la « modernité littéraire »

Pour qui se pose la question de la « modernité » de l’œuvre celanienne, il est d’abord frappant de constater que la critique universitaire de Paul Celan (1920-1970) n’a, à de rares exceptions près, pas cherché à inclure dans le cadre plus général de la réflexion sur la modernité littéraire, particulièrement poétique, l’objet si spécifique que constitue l’ensemble des poèmes, proses et écrits poétologiques de ce poète de langue allemande, juif, né en Bucovine, une « ancienne province de la monarchie habsbourgeoise », et mort à Paris où il avait acquis la nationalité française. Cependant, disons-le ici d’emblée, la notion de modernité elle-même pose problème : le renvoi ou l’assignation non critiques, c’est-à-dire le plus souvent non argumentés, aux notions de « modernité » française, « Moderne » allemande ou de « modernism » anglaise sont très fréquents dans les ouvrages et articles qui ont été consacrés à Celan depuis les années 1970 – ensemble cr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Fradin, « Paul Celan ou les affres de la modernité », Germanica, 59 | 2016, 83-98.

Référence électronique

Clément Fradin, « Paul Celan ou les affres de la modernité », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3424 ; DOI : 10.4000/germanica.3424

Haut de page

Auteur

Clément Fradin

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page