Navigation – Plan du site

Lectures marxistes de La Mort de Danton (Büchner) : interprétations de Georg Lukács et Hans Mayer autour de 1935 et leur réception en RDA

Marxistische Lektüren von Dantons Tod (Büchner): Interpretationen von Georg Lukács und Hans Mayer um 1935 und deren Rezeption in der DDR
Marxist literary criticisms on Danton’s Death (Büchner): Interpretations by Georg Lukács and Hans Mayer in the mid-1930s and their reception in the GDR
Laetitia Devos
p. 51-65

Résumés

Cet article examine la réception du Nouveau Roman dans l’Allemagne divisée. Rupture radicale avec les formes romanesques traditionnelles, le Nouveau Roman s’est tôt fait connaître au-delà des frontières de la France comme un phénomène à la pointe de la modernité littéraire. Sa réception en RFA est marquée par le désir de s’associer au mouvement, comme le montrent les tentatives du Feuilleton de trouver le « nouveau romancier allemand » en la personne d’Uwe Johnson. En RDA, les œuvres de Nathalie Sarraute, Michel Butor, Alain Robbe-Grillet et Claude Simon rencontrent un écho tardif et limité ; on constate néanmoins que le pays du réalisme socialiste se saisit du Nouveau Roman pour poser la question de la modernité littéraire. La comparaison des réactions en Allemagne de l’Est et de l’Ouest met en lumière ce qui réunit les deux pôles de l’espace germanophone, puisqu’ils reprochent tous deux au Nouveau Roman une vision du monde manquant d’humanisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les pierres d’achoppement de La Mort de Danton : le fatalisme de Danton et le discours de Saint-Just
Lukács : « Le Büchner fascisé et le vrai Büchner » (1937)
Hans Mayer : « atmosphère thermidorienne » (1935-39)
Réception des études de Lukács et Mayer en RDA : du « lissage » à l’explosion de la modernité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Georg Büchner, qui vécut de 1813 à 1837 et fut redécouvert seulement à la fin du xixe siècle, fut considéré moins d’un siècle après sa mort comme l’un des précurseurs de la modernité. Son œuvre inspira Gerhart Hauptmann, Frank Wedekind, Ernst Toller, Bertolt Brecht, Peter Weiss, Volker Braun ou encore Heiner Müller. L’anthologie en trois tomes rassemblée par Dietmar Goltschnigg sur « Büchner et la modernité » est la preuve, s’il en fallait, de la fécondité de la référence à Büchner au xxe siècle.

Ce qui le rattache à la modernité tient tout d’abord à la forme de ses œuvres : le « puzzle » qu’a constitué Woyzeck pendant de nombreuses années, avant que les scientifiques n’arrivent à déterminer de façon à peu près certaine l’ordre exact dans lequel l’auteur avait placé les scènes, a alimenté le mythe d’une pièce à géométrie variable qui a séduit des écrivains dramatiques à la recherche de nouvelles formes. La non-conventionalité concerne aussi le drame La Mort de Danton, conçu de manièr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Devos, « Lectures marxistes de La Mort de Danton (Büchner) : interprétations de Georg Lukács et Hans Mayer autour de 1935 et leur réception en RDA », Germanica, 59 | 2016, 51-65.

Référence électronique

Laetitia Devos, « Lectures marxistes de La Mort de Danton (Büchner) : interprétations de Georg Lukács et Hans Mayer autour de 1935 et leur réception en RDA », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3363 ; DOI : 10.4000/germanica.3363

Haut de page

Auteur

Laetitia Devos

Rennes 2, ERIMIT/GRAAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page