Navigation – Plan du site

Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire

Der Nouveau Roman, ein Prüfstein der literarischen Moderne
The Nouveau Roman, a touchstone for literary modernity
Solange Arber
p. 19-32

Résumés

Cet article examine la réception du Nouveau Roman dans l’Allemagne divisée. Rupture radicale avec les formes romanesques traditionnelles, le Nouveau Roman s’est tôt fait connaître au-delà des frontières de la France comme un phénomène à la pointe de la modernité littéraire. Sa réception en RFA est marquée par le désir de s’associer au mouvement, comme le montrent les tentatives du Feuilleton de trouver le « nouveau romancier allemand » en la personne d’Uwe Johnson. En RDA, les œuvres de Nathalie Sarraute, Michel Butor, Alain Robbe-Grillet et Claude Simon rencontrent un écho tardif et limité ; on constate néanmoins que le pays du réalisme socialiste se saisit du Nouveau Roman pour poser la question de la modernité littéraire. La comparaison des réactions en Allemagne de l’Est et de l’Ouest met en lumière ce qui réunit les deux pôles de l’espace germanophone, puisqu’ils reprochent tous deux au Nouveau Roman une vision du monde manquant d’humanisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La route des Allemagnes
Allemagne de l’Ouest
Allemagne de l’Est
La réception du Nouveau Roman
Les écrivains germanophones à l’aune du Nouveau Roman
Points d’achoppement
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 1950, Ernst Robert Curtius écrivait : « seule la France nous enseigne ce qu’est la littérature ». L’idée de la France comme figure de proue de la littérature mondiale est encore vivante dans les années 1960. C’est d’ailleurs en citant Curtius que deux romanistes de part et d’autre du rideau de fer, Gerd Krause et Werner Krauss, abordent la question la plus brûlante de l’actualité littéraire des dix dernières années : le Nouveau Roman. Ce dernier a connu une grande fortune critique, aussi bien internationale que française. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs. L’idée d’une « école » du refus ou du regard et les interventions polémiques de son « pape » Alain Robbe-Grillet séduisent les médias et assurent la visibilité de ses membres. Plus profondément, la rupture radicale avec les normes du roman réaliste, le refus de notions constitutives du genre, comme le héros ou l’histoire, et surtout l’affirmation de l’autonomie de l’art, contribuent à faire du Nouveau Roman, ainsi dé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solange Arber, « Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire », Germanica, 59 | 2016, 19-32.

Référence électronique

Solange Arber, « Le Nouveau Roman, pierre de touche de la modernité littéraire », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 27 mai 2017. URL : http://germanica.revues.org/3339 ; DOI : 10.4000/germanica.3339

Haut de page

Auteur

Solange Arber

Université Paris-Sorbonne, Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page