Navigation – Plan du site
Le polar juridique, historique et documentaire

Crimes et Coupables de Ferdinand von Schirach ou les histoires extraordinaires de criminels ordinaires

Verbrechen und Schuld von Ferdinand von Schirach: ungewöhliche Geschichten von gewöhnlichen Straftätern
Crime and Guilt by Ferdinand von Schirach : the extraordinary stories of ordinary criminals
Hélène Boursicaut
p. 133-145

Résumés

La contribution se propose d’étudier les raisons sociologiques, psychologiques et littéraires pouvant expliquer le succès mondial de Crimes (2009) et Coupables (2010), les deux recueils de l’avocat pénaliste et écrivain Ferdinand von Schirach. On s’intéressera tout d’abord à la question du genre auquel peuvent être rattachés ces deux ouvrages que Schirach, en référence à la tradition anglo-américaine, qualifie de « stories ». Ces histoires qui ne correspondent pas tout à fait aux schémas traditionnels de la littérature policière sont centrées sur d’étranges affaires criminelles que Schirach a traitées au cours de ses activités d’avocat avant d’en faire des récits littéraires. L’étude des personnages montrera ensuite que les héros qui, dans le cas présent, sont les criminels eux-mêmes proposent au lecteur un modèle d’identification il est vrai ambivalent. Car dans ces histoires qui nous entraînent dans les abysses de la nature humaine et sont censées prouver, telle est la thèse de l’auteur, que n’importe qui peut devenir un criminel, il en va finalement de la question philosophique de savoir si, au vu de la frontière floue entre la norme et l’écart par rapport à la norme, voire entre le Bien et le Mal, l’institution judiciaire est véritablement en mesure de distinguer l’innocence de la culpabilité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le problème du genre
Le criminel, héros de l’histoire et figure d’identification
« La réalité dont nous pouvons parler n’est jamais la réalité en soi. »

Aperçu du début du texte

Ferdinand von Schirach, c’est d’abord un nom lourd à porter : Ferdinand von Schirach, né en 1964, est en effet l’un des petits-fils de Baldur von Schirach, chef des Jeunesses hitlériennes, gauleiter de Vienne et responsable à ce titre de la déportation de 185 000 juifs (aux procès de Nuremberg, il sera reconnu coupable de crime contre l’humanité et condamné à vingt ans de prison). Systématiquement interrogé au sujet de cette encombrante parenté et du lien possible avec son métier et son œuvre, Schirach a fini par couper court à toute question en écrivant dans un essai qu’il était incapable de donner la moindre réponse. Ferdinand von Schirach, c’est aussi et surtout une double vie : spécialiste de droit criminel, il commence à exercer à partir de 1994 comme avocat au barreau, défendant aussi bien des figures du grand banditisme que des personnages comme Günter Schabowski, membre du Politburo du Comité central du SED et acteur malgré lui de l’ouverture du Mur de Berlin, ou l’écrivain ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Boursicaut, « Crimes et Coupables de Ferdinand von Schirach ou les histoires extraordinaires de criminels ordinaires », Germanica, 58 | 2016, 133-145.

Référence électronique

Hélène Boursicaut, « Crimes et Coupables de Ferdinand von Schirach ou les histoires extraordinaires de criminels ordinaires », Germanica [En ligne], 58 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3196 ; DOI : 10.4000/germanica.3196

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page