Navigation – Plan du site
Le roman policier sous le IIIe Reich

Strogany et le IIIe Reich : la subversion d’un Krimi anodin

Strogany und das Dritte Reich : Die Subversion eines harmlosen Krimis
Strogany and the Third Reich : The subversion of a harmless Krimi
Vincent Platini
p. 53-65

Résumés

L’article considère un Kriminalroman en apparence anodin mais au destin particulier : publié sous le IIIReich, Strogany und die Vermißten (1941) d’Adam Kuckhoff et Peter Tarin a été largement oublié par l’histoire littéraire. Pourtant, ses auteurs ont appartenu à la résistance allemande et il n’est pas interdit de penser que ce roman relève de la littérature d’innere Emigration. Dès lors, l’effacement de ce Krimi peut être vu comme la conséquence d’une écriture qui ne pouvait se permettre un propos explicite. Afin de juger de la charge subversive de ce texte, nous en examinons les « impertinences » par rapport aux discours en vigueur sous le IIIe Reich et aux logiques internes à l’œuvre. Trois types de tactiques littéraires se dégagent de l’analyse : les oscillations du personnage, le déplacement du cadre spatio-temporel et les foisonnements textuels. Chacune de ces tactiques laisse une marge d’incertitude à la lecture et doit être actualisée par le regard critique du public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une disparition bien cherchée ?
Un personnage de Krimi original : le détective privé
Déplacements
Foisonnements
En conclusion : « Rien ne dure… »

Aperçu du début du texte

Hormis quelques spécialistes, qui connaît encore Strogany und die Vermißten ? Ce roman d’Adam Kuckhoff et de Peter Tarin (pseud. d’Edwin Tietjens) publié en 1941 a été oublié par l’histoire littéraire. À raison ? Même à l’époque de sa parution, l’histoire d’un détective aristocrate enquêtant sur de mystérieuses disparitions dans la Russie tsariste est passé relativement inaperçue. Certes, les circonstances interdisaient le triomphe. Le contingentement de papier durant la guerre ne permit qu’un premier tirage à 6 500 exemplaires, rapidement épuisé. Surtout, l’arrestation de Kuckhoff par la Gestapo puis son exécution le 5 août 1943 expliquent l’occultation du livre par les institutions. De surcroît, Tarin était inconnu du champ littéraire et décéda accidentellement vers 1944. Les activités de Kuckhoff au sein du groupe de résistance Die rote Kapelle auraient pu lui valoir une redécouverte posthume au même titre que la littérature dite d’innere Emigration (« exil intérieur »). Malgré l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Platini, « Strogany et le IIIe Reich : la subversion d’un Krimi anodin », Germanica, 58 | 2016, 53-65.

Référence électronique

Vincent Platini, « Strogany et le IIIe Reich : la subversion d’un Krimi anodin », Germanica [En ligne], 58 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/3181 ; DOI : 10.4000/germanica.3181

Haut de page

Auteur

Vincent Platini

Frankreich Zentrum, Freie Universität Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page