Navigation – Plan du site

Gemeinschaftsmahl? War einmal

Brüchige (Tisch-)Ordnungen in gegenwärtigen österreichischen Theatertexten
Le temps révolu de l’eucharistie. La fragilisation de l’ordre (de la table) dans les textes de théâtre autrichiens contemporains
Community Meals are no Longer what they Used to be. The weakening of the (seating) order in contemporary Austrian theatre texts
Silke Felber
p. 175-191

Résumés

Le théâtre autrichien peut être qualifié à juste titre de « culinaire » en écho à ses racines, la dramaturgie théâtrale populaire des Hanswurstiades s’étant constituée dans un rapport ludique à l’alimentation.
Cet héritage semble être revitalisé non seulement par Thomas Bernhard et Elfriede Jelinek, mais aussi par de jeunes dramaturges autrichiens qui traitent des questions virulentes de notre époque en recourant aux ingrédients dramaturgiques ayant trait à la table. Cependant, une différenciation s’impose. Si dans les textes de théâtre actuels on cultive encore l’hospitalité, le topos de la table à manger qui fonde la sociabilité et la culture est désormais relégué à l’arrière-plan et laisse apparaître des espaces de passage précaires où la soif de stabilité et d’identité tend à constituer la quintessence du discours. Nous vérifierons l’hypothèse d’une fragilisation de l’ordre (de la table) qui appelle une nouvelle localisation du sujet, en dissolution depuis la proclamation de la postmodernité, à partir des textes (post)dramatiques faust hat hunger und verschluckt sich an einer grete (Ewald Palmetshofer, 2009), Alpenvorland (Thomas Arzt, 2012) et Die Ermüdeten oder Das Etwas, das wir sind (Bernhard Studlar, 2014).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Theaterhistorisches Hors d’œuvre
Vom Verschwinden des Esstischs oder: andere Subjekte, andere Sitten
Übersättigung und Genussflucht – Epilog?

Aperçu du début du texte

Frittatensuppe, Einbrennsuppe, Beafsteak tartare, Zweibelrostbraten, Tafelspitz mit Semmelkren, Alt Wiener Lungenbraten, Kalbsmedaillons, gebratene Enten und Fasane, Apfelstrudel, Marzipantorte und Milchrahmstrudel – was wie ein Auszug aus dem traditionellen Wiener Sacher-Kochbuch anmutet, beschreibt eine Auswahl an Gerichten, die aus Thomas Bernhards Dramen ebenso wenig wegzudenken sind wie die dort implementierten Österreich-Aburteilungen. Tatsächlich wird die harsche gesellschaftspolitische Kritik, die Bernhard übt, von seinen Bühnenfiguren beinahe stets am festlich gedeckten Esstisch hervorgewürgt. Dass die in diesem Zusammenhang kredenzten Speisen dabei mitunter die Rolle stummer Protagonisten übernehmen – man denke etwa an das Eigenleben, das die Brandteigkrapfen in Ritter, Dene, Voss entwickeln – verweist auf ein kulinarisch-theatrales österreichisches Erbe, das von Bernhard schlichtweg revitalisiert wird. Angedockt zu werden scheint an diese Tradition aber auch in ganz aktue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silke Felber, « Gemeinschaftsmahl? War einmal », Germanica, 57 | 2015, 175-191.

Référence électronique

Silke Felber, « Gemeinschaftsmahl? War einmal », Germanica [En ligne], 57 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://germanica.revues.org/3105 ; DOI : 10.4000/germanica.3105

Haut de page

Auteur

Silke Felber

Universität Wien

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page