Navigation – Plan du site

Le repas africain dans le roman d’Ulrike Draesner Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014)

The African meal in Ulrike Draesner’s novel Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014)
Das afrikanische Essen in Ulrike Draesners Roman Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014)
Joëlle Stoupy
p. 127-137

Résumés

Le dernier roman d’Ulrike Draesner Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014), un roman polyphonique sur deux familles, l’une allemande, l’autre polonaise, met en scène un repas dans un restaurant africain entre deux personnages de la troisième génération, Simone Grolmann, éthologe et Boris Nienalt, psychologue. Ce repas aux accents à la fois graves et drôles ne constitue qu’un court épisode dans un roman qui compte 555 pages et que l’auteur a qualifié de « kaléidoscope des souvenirs ». Il est intégré au chapitre consacré à Boris Nienalt et de ce fait, il est vu par le biais de ce personnage qui en est le narrateur. Sur le site Internet dédié à cette œuvre, Ulrike Draesner donne en allemand à ce repas le simple titre suivant : « Boris raconte comment Boris et Simone essaient de s’entretenir ». Ce repas africain donne à voir le début d’une relation amoureuse entre deux personnages qui ont commencé à tisser des liens sur le net et qui ont ainsi découvert un passé familial douloureux similaire qui les hante encore. Tout en se situant à l’époque contemporaine, ce repas fait référence à l’époque contemporaine, fait référence à la fin de la Seconde Guerre mondiale et plus particulièrement aux transferts massifs de population s’étant déroulés dans des conditions effroyables. Ce passé est au cœur même de ce repas africain. Ce court épisode s’arrête sur l’idée directrice du roman, la transmission de traumatismes d’une génération à l’autre par le biais de non-dits ou de récits, une idée que Marianne Hirsch, professeur de littérature anglaise et de littérature comparée à la Columbia University, a résumé par le concept de post-mémoire (postmemory). Pour Boris, ce repas sera l’occasion de se reprendre en main, d’échapper à l’alcool, de retrouver une vie structurée. Pour Simone, il lui donnera l’impulsion de quitter son mari Johnny et de prendre le passé de sa famille en compte. Avec l’épisode du voyage à Kreisau, le repas africain constitue un des éléments-clés d’une relation que l’auteur choisit cependant de ne pas développer dans les moindres détails. Seules ça et là, quelques remarques montrent au fil de l’œuvre que Simone et Boris forment à présent un couple.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans son roman Mitgift (2002), Ulrike Draesner a consacré la partie intitulée « Essen », à l’analyse du rapport à la nourriture de son personnage principal Aloe. Elle y a observé les différentes phases de l’anorexie de ce personnage. Son dernier roman, publié en 2014 et qui a pour titre Sieben Sprünge vom Rand der Welt raconte, lui, sur plusieurs générations, l’histoire de deux familles, la famille allemande Grolmann, qui a dû quitter en 1945 la ville d’Oels en Silésie, et la famille polonaise Nienaltowski qui, elle, a dû laisser derrière elle, à la même époque, la Pologne orientale pour s’installer à Wrocław (Breslau). Ce roman polyphonique qui fait parler à tour de rôle les membres des différentes générations met en scène la guerre, l’exode et l’expulsion, mais se situe aussi à notre époque. Parmi la génération qui n’a pas directement connu la guerre, on trouve le personnage de Simone Grolmann, éthologue et celui de Boris Nienalt (il ne se fait pas appeler Nienaltowski), psycholog...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Stoupy, « Le repas africain dans le roman d’Ulrike Draesner Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014) », Germanica, 57 | 2015, 127-137.

Référence électronique

Joëlle Stoupy, « Le repas africain dans le roman d’Ulrike Draesner Sieben Sprünge vom Rand der Welt (2014) », Germanica [En ligne], 57 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://germanica.revues.org/3055 ; DOI : 10.4000/germanica.3055

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page