Navigation – Plan du site

Manger et « faire famille » ?

Repas de famille et transmission de la mémoire familiale dans Himmelskörper de Tanja Dückers (2003), Schlesisches Wetter de Olaf Müller (2003) et Flut und Boden de Per Leo (2014)
Essen und « Familie machen » ? Familienessen und Übermittlung des Familiengedächtnisses in Himmelskörper von Tanja Dückers (2003), Schlesisches Wetter von Olaf Müller (2003) und Flut und Boden von Per Leo (2014)
Eating and “creating a family”? Family meals and the transmission of family memory in Himmelskörper of Tanja Dückers (2003), Schlesisches Wetter by Olaf Müller (2003) and Flut und Boden by Per Leo (2014)
Emmanuelle Aurenche-Beau
p. 115-126

Résumés

L’article traite de trois romans du début du xxie siècle, Himmelskörper de Tanja Dückers, Schlesisches Wetter de Olaf Müller et Flut und Boden. Roman einer Familie de Per Leo, dont les narrateurs appartiennent à des familles marquées par des événements traumatiques et douloureux liés au national-socialisme et aux expériences de fuite ou d’expulsion. Il étudie la façon dont les repas de famille qui y sont décrits peuvent contribuer à (re)fabriquer de la famille, particulièrement dans le cas de familles ayant connu des séparations, des ruptures ou des conflits. Il examine ensuite la manière dont ces repas de famille peuvent aussi être ce qui vient révéler les failles de la mémoire familiale et mettre au jour les tabous. Il montre enfin dans quelle mesure des moments de convivialité plus spontanés peuvent être l’occasion de remettre en mouvement la transmission de l’histoire familiale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous reprenons ici l’expression de Jean-Claude Kaufmann dans son ouvrage Casseroles, amour et crises, A. Colin, Paris, 2005, p.  93.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Les années 2000 ont vu la publication d’un certain nombre de romans qui interrogent la question de la transmission de la mémoire familiale, notamment au sein de familles marquées par des événements traumatiques et douloureux liés au national-socialisme et aux expériences de fuite ou d’expulsion. Or, il est frappant de constater que, dans certains de ces romans, les scènes de repas de famille, qui réunissent autour d’une table des représentants de différentes générations, sont les moments qui viennent cristalliser cette problématique. On peut remarquer d’ailleurs qu’elles se situent, en outre, toujours à des places particulièrement exposées, au début ou au centre des romans, ce qui souligne leur importance.

Nous nous appuierons ici sur trois romans de ces années, Himmelskörper de Tanja Dückers, Schlesisches Wetter de Olaf Müller et Flut und Boden. Roman einer Familie de Per Leo pour nous demander dans quelle mesure les repas de famille peuvent contribuer à (re)fabriquer de la famille,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Aurenche-Beau, « Manger et « faire famille » ? », Germanica, 57 | 2015, 115-126.

Référence électronique

Emmanuelle Aurenche-Beau, « Manger et « faire famille » ? », Germanica [En ligne], 57 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://germanica.revues.org/3048 ; DOI : 10.4000/germanica.3048

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page