Navigation – Plan du site

„Laßt uns doch mal wieder einen ‚Nazi’ verspeisen“: Unverdaute deutsch-jüdische Geschichte bei Barbara Honigmann

“Let’s devour a ‘Nazi’ again!”: Indigested German-Jewish History in Barbara Honigmann’s Bilder von A
« Mangeons à nouveau un “nazi” » : une histoire judéo-allemande mal digérée dans l’œuvre de Barbara Honigmann
Lilla Balint
p. 83-97

Résumés

Dans « Images de A » (2011) Barbara Honigmann raconte l’histoire d’amour entre une jeune dramaturge et le metteur en scène A., son aîné de 15 ans, dont la rencontre a lieu dans les années soixante dix dans le milieu du théâtre de Berlin Est. Leur relation se caractérise par une phrase faisant explicitement référence à l’acte de manger : « Prendrais-tu du fromage ou de la confiture ? », voilà la question qui est exclue de leur relation. Ce n’est pas un quotidien commun qui sert d’identification au couple d’artistes mais la grande culture. La première partie de l’article s’attache à examiner l’importance accordée au quotidien dans l’œuvre de Honigmann, afin de définir la signification d’un amour romantique par-delà le quotidien. Dans la seconde partie cette analyse est appliquée à l’histoire familiale : ceux qui refusent de s’installer à la table du petit déjeuner sont fils d’un soldat de la « Wehrmacht » et fille de parents juifs. L’absence du petit déjeuner commun est interprétée comme un symptôme de l’histoire judéo-allemande après l’holocauste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

„Möchtest Du Käse oder Marmelade?“
Poesie vs. Geschichte
Schlussbetrachtungen

Aperçu du début du texte

In ihrem Essay anlässlich des Todes von Thomas Brasch, dem enfant terrible des ostdeutschen Literaturbetriebs, schreibt Barbara Honigmann, dass dieser „ziemlich wichtigtuerisch benjaminbrechtmüllermäßig“ herumschwadroniere, und zwar mit Begriffen wie „Produktivität – Gesellschaft – Widersprüche – Bedürfnisse“. Es dürfte keineswegs Honigmanns Absicht gewesen sein, an dieser Stelle ihre eigene ars poetica darzulegen, und doch können ihre Worte über Brasch so ziemlich genau als das Gegenstück zu ihrem eigenen ästhetischen Programm gedeutet werden. In ihrem Anliegen, Geschichte fassen zu wollen, ist sie den Autoren, die sie hier ironisch zu einem Adjektiv zusammenwürfelt, durchaus ähnlich, gleichzeitig bewegt sich Honigmann fernab von theoretischen Gebilden, die von abstrakten Konzepten untermauert sind und getragen werden. Im Vergleich zu Walter Benjamin, Bertolt Brecht und Heiner Müller muten ihre Werke auf den ersten Blick geradezu einfach, gar simpel an. Honigmanns Prosa kommt nicht...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilla Balint, « „Laßt uns doch mal wieder einen ‚Nazi’ verspeisen“: Unverdaute deutsch-jüdische Geschichte bei Barbara Honigmann », Germanica, 57 | 2015, 83-97.

Référence électronique

Lilla Balint, « „Laßt uns doch mal wieder einen ‚Nazi’ verspeisen“: Unverdaute deutsch-jüdische Geschichte bei Barbara Honigmann », Germanica [En ligne], 57 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://germanica.revues.org/3036 ; DOI : 10.4000/germanica.3036

Haut de page

Auteur

Lilla Balint

Vanderbilt University, Nashville

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page