Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il ne saurait être question, bien évidemment, d’alimenter ici le débat bruyant, ouvert naguère par T. Todorov, sur l’éventuelle extinction du fantastique, et ses relèves présumées, dans l’art et la littérature « modernes ». Un arrêt qui, quoi qu’on en pense, trahit une belle présomption, puisqu’il suppose et engage rien moins qu’une orthodoxie du fantastique. On est revenu, depuis un certain temps déjà, sur ce point de vue normatif. Cependant, s’il est effectivement douteux de poser une orthodoxie en la matière, du moins peut-on reconnaître qu’il existe bien un code fantastique de l’imaginaire. Un code qui s’affiche évidemment dans les œuvres qui se donnent l’étiquette de fantastiques, mais qui peut éventuellement fonctionner ailleurs, dans d’autres territoires. Repérer quelques uns de ces modes de fonctionnement – allégeance et détournement, citation et distanciation, aveu et parodie, etc… – est l’objet des études ici réunies. On posera ainsi quelques questions délibérément en marge, sur ces frontières où s’exerce encore et s’arrête l’efficacité fantastique : comment ce code vient subvertir arts et genres connexes (A. Combes, J.-J. Pollet) ; comment il entre en métaphysique (L. Vax) ou vient même nourrir une définition (une morale ?) de l’inconscient (J. Bellemin-Noël) ; comment il déborde, éventuellement, l’espace culturel que lui assigne sa tradition (R. Boyer, H. Balzamo) ; comment il se parodie en des poétiques originales (P. Giraud, G. Roussel). Le fantastique comme champ exemplaire d’intertextualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Document sans titre », Germanica [En ligne], 3 | 1988, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://germanica.revues.org/2818

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page