Navigation – Plan du site

Le temps suspendu : fil, bobine, écheveau – un parcours à travers quelques pièces de Lukas Bärfuss

Hängende Zeit: Faden, Spule, Strang – ein Blick auf einige Stücke von Lukas Bärfuss
Hanging time: an insight into some of Lukas Bärfuss’s dramatic works
Anne-Sophie Gomez
p. 159-174

Résumés

Le théâtre de Lukas Bärfuss repose sur une écriture linéaire et chronologique, ainsi qu’en témoigne la métaphore du déroulement, si présente dans l’œuvre scénique du dramaturge helvétique : à la fin de la version écrite de ses pièces, on trouve ainsi toujours la mention « Fin de la Bobine », qui fait clairement allusion à une projection cinématographique. Derrière des fils très traditionnels (le fil narratif et le fil temporel), l’auteur laisse apparaître des fils plus politiques. Le paradigme n’est pas, chez Lukas Bärfuss, celui du collage post-moderne, mais bien plutôt celui d’une tapisserie partiellement détricotée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une écriture du déroulement
« Chronique d’une mort annoncée » : linéarité et chronologie
Fils, câbles, ficelles, bobines : des métaphores programmatiques
Une stratégie de brouillage générique
Indétermination
Distanciation farcesque
Les interruptions et leur fonction poétologique
Les pièces de Lukas Bärfuss, véritables écheveaux intertextuels
Multiplicité et éclectisme des références
Derrière les fils, le canevas
Entre les interstices…

Aperçu du début du texte

Une écriture du déroulement

« Chronique d’une mort annoncée » : linéarité et chronologie

La pièce Meienbergs Tod a été représentée pour la première fois en 2001. Elle retrace, à travers quelques épisodes jugés marquants par l’auteur, le déroulement de la vie de Niklaus Meienberg, jusqu’à la mort de l’écrivain et journaliste helvétique, dont le décès est d’emblée présenté comme l’issue de la pièce. En dépit de ruptures, notamment à travers les interventions métadramatiques des comédiens, un fil narratif et chronologique est clairement discernable. Dans la pièce intitulée Der Bus, laquelle donne à voir une partie du trajet en car d’Erika, pèlerin égarée, on ne trouve certes plus de découpage en actes, mais un marquage du déroulement chronologique, à travers des mentions allant de « Erstens » à « Fünftens ». La structure de la pièce est d’ailleurs d’emblée annoncée dans une mention en italique précisant le lieu de l’action et succédant à la liste de personnages :

Dans une forêt au milieu ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Gomez, « Le temps suspendu : fil, bobine, écheveau – un parcours à travers quelques pièces de Lukas Bärfuss », Germanica, 54 | 2014, 159-174.

Référence électronique

Anne-Sophie Gomez, « Le temps suspendu : fil, bobine, écheveau – un parcours à travers quelques pièces de Lukas Bärfuss », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/2606 ; DOI : 10.4000/germanica.2606

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Gomez

CELIS / Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page