Navigation – Plan du site

Le drame brûle-t-il ? Manhattan Medea de Dea Loher

Manhattan Medea, by Dea Loher. Is Drama Going Up In Flames?
Geht das Drama in Flammen auf? Manhattan Medea von Dea Loher
Francine Maier-Schaeffer
p. 125-140

Résumés

« Le drame brûle-t-il ? Manhattan Medea de Dea Loher ». Près de deux décennies après Verkommenes Ufer Medeamaterial Landschaft mit Argonauten de Heiner Müller, Dea Loher se saisit de la Médée d’Euripide. Il ne s’agit pas de comparer la pièce de 1999 et ses (contre-)modèles antique et « postdramatique », mais de mettre au jour l’originalité de l’écriture théâtrale de la dramaturge qui fit ses débuts au milieu des années 1990 au sein de l’« Autorentheater » (« théâtre d’auteur » selon le concept de Khuon) de Hanovre. Dans la perspective de la « restauration du drame dramatique » (B. Haas), cette contribution questionne le rapport entre les axes interne et externe de la communication dans un espace composé de scènes dialoguées et d’un « hors scène » multiforme afin de déterminer le degré d’émancipation de la pièce par rapport au drame (G. Poschmann). L’épicisation du dialogue et l’oralité de la langue font la théâtralité des textes mis à la disposition du metteur en scène (Andreas Kriegenburg).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Dea Loher, Manhattan medea
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un autre dialogue
Hybridation et épicisation
Le « hors scène » – théâtre des voix
Dialogue métathéâtral
« Au théâtre, la langue doit créer les personnages »

Aperçu du début du texte

« Pourquoi le théâtre devrait-il s’allier à ses auteurs ? Question grotesque. Ne faudrait-il pas dire à l’opposé : le théâtre peut-il seulement vivre sans ses auteurs ? ». Lorsque Ulrich Khuon développe, au milieu des années 1990, son concept d’Autorentheater, il ne prône pas un retour à ce que l’on entend, en France, par « théâtre d’auteur » (Literaturtheater), en opposition au Regietheater (dans les excès duquel Klaus Völker voit d’ailleurs le danger d’un « théâtre d’auteur » où c’est le metteur en scène qui détient l’autorité), mais la « collaboration continue entre metteur en scène, auteur, comédiens et dramaturge (au sens allemand du terme) ». C’est dans ce contexte expérimental que Dea Loher, née en 1964 à Traunstein (Haute-Bavière), fit ses débuts d’« auteure de pièces de théâtre » (Dramatikerin) avec Leviathan (1993). Fremdes Haus, qu’elle écrivit ensuite pour le Schauspiel Hannover, marqua en 1995 la naissance du fameux « Dreamteam Loher-Kriegenburg », cette collaboration «...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Maier-Schaeffer, « Le drame brûle-t-il ? Manhattan Medea de Dea Loher », Germanica, 54 | 2014, 125-140.

Référence électronique

Francine Maier-Schaeffer, « Le drame brûle-t-il ? Manhattan Medea de Dea Loher », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://germanica.revues.org/2592 ; DOI : 10.4000/germanica.2592

Haut de page

Auteur

Francine Maier-Schaeffer

Université de Haute-Bretagne – Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page