Navigation – Plan du site

Dramaturgies du cercle et métaphysique du vide : pour un drame de l’impersonnel

hamlet est mort. gravité zéro de Palmetshofer et Innocence de Dea Loher
Dramatik des Kreises und Metaphysik des Leeren: Für ein Drama des Unpersönlichen
The Dramaturgy of the Circle and the Metaphysics of Emptiness: Towards Impersonal Drama
Claire Stavaux
p. 81-92

Résumés

Deux récentes pièces de langue allemande, Innocence de Dea Loher et hamlet est mort. gravité zéro de Palmetshofer témoignent d’une redéfinition de la forme dramatique au sein du drame, qui semble s’élaborer sur des critères à la fois philosophiques et narratifs. Partant du constat d’une forte présence du soliloque, comme forme de discours privilégiée du personnage contemporain, nous verrons comment s’opère un renouvellement de l’échange dialogique, avec un passage de l’individuel à l’« impersonnel ». Sans nier la permanence d’un discours politique et social, nous montrerons qu’il ne se déploie plus avec la même radicalité, ou sous-tend les textes de manière plus implicite, sur un mode du désengagement, du désaveu, et porté par des individus en quête de repères et rongés par le doute. C’est en effet de la faille de la conscience que rendent compte les béances du texte, tant du côté de la fragmentation textuelle que de la circularité de la pensée, tournant proprement « à vide ». Ce glissement vers des dramaturgies de l’impersonnel nous semble bien marquer un tournant dans les modalités d’écriture et de représentation germanophones.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Perte du sens et circularité
Absurdité du monde et transcendance dévoyée
De l’individuel à l’impersonnel dans le discours, et de l’« impersonnage » à la disparition du personnage dans le drame
Expérience de la chute et faille de la conscience : un théâtre proprement dramatique

Aperçu du début du texte

putain, il y a quelque chose de pourri ici putain de merde, il y a quelque chose de pourri

Jouant avec l’intertexte d’Hamlet, grand modèle du genre dramatique, l’interjection citée en exergue et tirée de la pièce de Palmetshofer prend nos sociétés contemporaines pour cible. Ce constat final s’apparente à un dégoût du monde, qui n’est pas sans rappeler d’autres écritures germanophones contemporaines, où soumis au règne de l’économie et de la finance, il n’est que réceptacle d’une société où se défont les liens humains, se perdent les repères et s’abîment les individus. Les pièces choisies pour cette étude évoluent toutes deux au sein d’un monde désenchanté où Dieu est mort ; désorienté, l’être humain se retrouve condamné à errer dans un « monde-machine » qui lui est étranger. Dea Loher et Ewald Palmetshofer sont tous deux représentants de la jeune génération d’écrivains de théâtre de langue allemande et leur production dramatique est régulièrement couronnée de distinctions.

Dans hamlet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Stavaux, « Dramaturgies du cercle et métaphysique du vide : pour un drame de l’impersonnel », Germanica, 54 | 2014, 81-92.

Référence électronique

Claire Stavaux, « Dramaturgies du cercle et métaphysique du vide : pour un drame de l’impersonnel », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/2550 ; DOI : 10.4000/germanica.2550

Haut de page

Auteur

Claire Stavaux

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page