Navigation – Plan du site

Du Messingkauf au Schnittchenkauf : d’un retour problématique à Brecht

From the Messingkauf to the Schnittchenkauf. On a problematic return to Brecht
Vom Messingkauf zum Schnittchenkauf : über eine problematische Rückkehr zu Brecht
Julie Gaillard
p. 69-80

Résumés

À l’avant-garde d’un théâtre anti-représentationnel, René Pollesch, jadis étudiant de l’Institut d’Études Théâtrales Appliquées de Gießen, ouvre son essai Der Schnittchenkauf par ce constat : « Dans le Messingkauf de Brecht, le personnage du philosophe exprime certaines exigences vis-à-vis du théâtre, qui maintenant dans le Schnittchenkauf sont à nouveau réclamées par le théâtre ». Cet article étudie, à partir d’une analyse contrastée des textes de Brecht et de Pollesch, les enjeux et les motifs de ce retour récent à Brecht, dans le contexte global du théâtre allemand contemporain et dans la pratique théâtrale de Pollesch. Quelles sont ces réclamations adressées au théâtre ? À quoi ressemble la pratique théâtrale correspondante ? Comme toujours chez Pollesch, les réponses arrivent sous la forme de nouvelles questions, soulevées par le travail de la contradiction et de la provocation. La révolution politique ne saurait jamais chez lui être pensée en dehors de la révolution théâtrale – et vice-versa.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

« Pimp-my-Brecht » ? – une querelle d’héritiers
« Le dialogue est un classique incompréhensible »
« Darwin-win »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour ses théoriciens, le théâtre postdramatique est un théâtre post-brechtien, dans la mesure où la fable demeure chez Brecht l’alpha et l’oméga du théâtre. À première vue, il est donc étrange que l’une des personnalités les plus avantgardistes et polémiques de la scène anti-représentationnelle allemande se revendique de son héritage, au moment même où il démantèle le dialogue, clame que le scénographe est l’auteur principal de ses pièces et agence ses textes comme une juxtaposition sans queue ni tête de discours hétérogènes empruntés à la théorie politique, sociologique, économique, ou linguistique aussi bien qu’à la pop-culture.

La relation de René Pollesch à l’œuvre de Brecht est pour le moins ambivalente. Il ne cesse de répéter que Brecht appartient au musée, et, s’il le cite, c’est presque toujours dans un tour grotesque, pour en ridiculiser la portée. Le philosophe du Messingkauf (L’Achat du cuivre) vient au théâtre comme un négociant de cuivre viendrait à l’orchestre, pour tro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Gaillard, « Du Messingkauf au Schnittchenkauf : d’un retour problématique à Brecht », Germanica, 54 | 2014, 69-80.

Référence électronique

Julie Gaillard, « Du Messingkauf au Schnittchenkauf : d’un retour problématique à Brecht », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/2548 ; DOI : 10.4000/germanica.2548

Haut de page

Auteur

Julie Gaillard

Emory University, Department of French and Italian

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page