Navigation – Plan du site

Antimimetischer Realismus

Programmatik und Praxis der neuen sozialen Dramen
Anti-Mimetic Realism. Principles and Practice of the New Social Drama
Réalisme anti-mimétique. Principes et pratique du nouveau drame social
Georg Feitscher
p. 39-52

Résumés

La genèse du « nouveau drame social » (F. Schößler) indique un intérêt croissant des théâtres allemands pour la réalité sociale ; ce nouveau genre dramatique peut être défini surtout comme une réaction directe des dramaturges qui combattent ainsi la « crise du théâtre » dont on parle depuis les années 1990. Dès lors, les auteurs, tenant compte des appels des professionnels du théâtre qui réclament un « nouveau réalisme » (Th. Ostermeier), se consacrent de plus en plus aux questions sociales. Les caractères qu’ils montrent sur scène sont souvent des gens qui souffrent de la transformation socio­économique récente et qui se trouvent abandonnés et marginalisés, vivant hors de la société comme des « exclus » ou même des « superflus » (H. Bude). Toutefois, ils contournent systématiquement les effets d’illusion et les offres d’identification en soulignant le caractère artificiel de la représentation dramatique. Pour arriver à ce but, ils intègrent même des éléments du théâtre postdramatique dans leurs pièces. Finalement, un tel « réalisme anti-mimétique » rompt avec l’idée d’une simple représentation et prend une dimension politique en ce qu’il oblige les créateurs de théâtre aussi bien que le public à reconsidérer la façon dont on perçoit et construit la réalité. L’article va illustrer cette nouvelle approche en prenant comme exemples les textes suivants : Das letzte Feuer (2008) de Dea Loher, Das blaue, blaue Meer (2009) de Nis-Momme Stockmann et tier. man wird doch bitte unterschicht (2010) de Ewald Palmetshofer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Neues realistisches Engagement
Neue soziale Dramen
Antimimetischer Realismus
«Ausgegrenzte, Entbehrliche, Überflüssige»
Zwischen naturalistischer Mimesis und postdramatischer Autonomie
Pseudosoziologische Diskurse

Aperçu du début du texte

Neues realistisches Engagement

Wenn im letzten Jahrzehnt eine «Re-Politisierung» des deutschsprachigen Theaters zu beobachten ist, dann ist diese Entwicklung sicher auch als Reaktion auf den drohenden Bedeutungsverlust des Theaters seit den 1990er-Jahren zu verstehen, der in dem katastrophalen Befund gipfelt, «dass das deutsche Drama tatsächlich keine Rolle mehr spielt. Es gibt kein neueres Stück, das in der deutschen Selbstwahrnehmung, in der öffentlichen Kommunikation, eine bedeutsame Stelle markiert hätte». Der Theaterbetrieb zeigt sich selbstkritisch: Der Autor und Dramaturg John von Düffel bemerkt etwa, es gebe «kaum ein Theater, das heute noch gesellschaftlich Position bezieht», und stellt öffentlich die «Selbstbegründung von Theater in Zeiten seiner gesellschaftlichen Entbehrlichkeit» infrage. Und sein Kollege Björn Bicker verlangt, man müsse «das Theater zu einem Ort der produktiven Empörung» gegen politische und soziale Ungerechtigkeit umgestalten, und fragt anschließend: «W...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georg Feitscher, « Antimimetischer Realismus », Germanica, 54 | 2014, 39-52.

Référence électronique

Georg Feitscher, « Antimimetischer Realismus », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://germanica.revues.org/2544 ; DOI : 10.4000/germanica.2544

Haut de page

Auteur

Georg Feitscher

Albert-Ludwigs-Universität Freiburg

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page