Navigation – Plan du site

Zwischen Postdramatik und Postdokumentarismus

Peter Wagner, Elfriede Jelinek und das Dokumentartheater
Between post-dramatic and post-documentary:  Peter Wagner, Elfriede Jelinek and documentary theater
Entre postdramatique et postdocumentaire. Peter Wagner, Elfriede Jelinek et le théâtre documentaire
Aline Vennemann
p. 25-37

Résumés

Le théâtre de langue allemande des vingt dernières années témoigne d’un retour au document ainsi que d’une réflexion sur les nouvelles stratégies d’archivage. Il ne s’agit pourtant pas de représenter le réel dans sa nudité comme l’avait demandé le théâtre documentaire des années 1970 mais de mettre au jour l’ambivalence même des documents. L’authenticité, la facticité historique et la fiction dramatique sont au cœur du travail artistique de Peter Wagner (Burgenland) qui rejoint sur certains points le théâtre avant-gardiste d’Elfriede Jelinek. Leur esthétique sur- ou hyperréelle ne relève ni du drame conventionnel, ni du drame documentaire. Il s’agit plutôt d’une forme dramatique ouverte qui se situe dans un « entre-deux » conceptuel et esthétique. Est-ce là une tendance générale du théâtre autrichien, voire du théâtre germanophone, ou s’agit-il d’un cas à part ? Quelle signification devrait-on accorder au préfixe « post » vis-à-vis du drame traditionnel et du théâtre-document plus récent ? L’analyse de l’œuvre dramatique de Peter Wagner depuis les années 1990 révélera une tendance post-documentaire dans le théâtre contemporain en Autriche et fera l’objet d’une comparaison avec les derniers textes de théâtre d’Elfriede Jelinek.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Postdramatik oder Neodramatik? Zum deutsch­sprachigen Gegenwartstheater
Peter Wagner und Elfriede Jelinek: Dokumentarische Ambivalenz
Offene Theaterformen – eine Zwischenbilanz

Aperçu du début du texte

„Kunst, wirkliche, absolute, muß sich jeder Situation gewachsen zeigen und sich an ihr beweisen“. Mit diesen Worten kommentiert Erwin Piscator in seinem tagebuchartigen Manifest über Das politische Theater (1929) ein einschneidendes Kriegserlebnis: Während der deutschen Frühjahrsoffensive im Jahr 1915 in Flandern gelingt es Piscator nicht, „auszuschwärmen“ und sich wie seine Kameraden „einzugraben“. Auf die irritierte Frage des Vorgesetzten nach seiner außermilitärischen Tätigkeit bemerkt der junge Soldat, dass ihm mehr vor seinem Beruf (Schauspieler) als vor den Granaten im Felde graut. Die Absurdität der Situation lässt Piscator nachträglich eine Lektion ziehen: „Kunst als Selbstzweck war nicht mehr imstande, mich zu befriedigen“; sie sollte ganz im Gegenteil „vor der Realität nicht zurückscheuen“. Piscators folgende Theaterarbeit bewahrt nicht nur den Kontakt mit der Wirklichkeit, sondern ersucht ihre Durchdringung. Damit war ein Meilenstein des späteren politischen und dokumenta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Vennemann, « Zwischen Postdramatik und Postdokumentarismus », Germanica, 54 | 2014, 25-37.

Référence électronique

Aline Vennemann, « Zwischen Postdramatik und Postdokumentarismus », Germanica [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/2542 ; DOI : 10.4000/germanica.2542

Haut de page

Auteur

Aline Vennemann

Université de Haute-Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page