Navigation – Plan du site

La « Nouvelle Objectivité » – label ou sensibilité ?

Pierre Vaydat
p. 9

Texte intégral

1On a souvent accusé la Neue Sachlichkeit d'être insaisissable, une appellation arbitraire appliquée à des phénomènes culturels hétérogènes, rapprochés artificiellement parce qu'ils sont contemporains. Les études que réunit ce numéro montreront qu’il n'en est rien : il s’agit au départ d’une forme de relation intellectuelle et esthétique gratifiante avec un monde en rapide mutation. La tendance est à l'établissement d’un esprit délibérément anti-pathétique, d'un anti-romantisme qui n'exclut pas la pose. Les paradoxes de la Neue Sachlichkeit sont bien connus : elle unit l'affectation de froideur à la volonté militante, épouse la stabilisation tout en récupérant l'avant-garde, commence par la résignation à la triste vérité après qu'ont été déçus les espoirs de l'expressionnisme pour se transformer en adhésion à la modernité industrielle et à la société de masses, finissant, après 1930, par produire une série de constats fixant avec une exactitude et un relief extraordinaires le processus de désagrégation de la République de Weimar. La Neue Sachlichkeit n'est pas seulement un principe de ralliement esthétique (avec parfois des allures de label accrocheur). Durant les années de la stabilisation, elle a voulu être aussi un principe régulateur de la vie sociale, favoriser la démocratie industrielle en suscitant de nouvelles habitudes mentales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Vaydat, « La « Nouvelle Objectivité » – label ou sensibilité ? », Germanica, 9 | 1991, 9.

Référence électronique

Pierre Vaydat, « La « Nouvelle Objectivité » – label ou sensibilité ? », Germanica [En ligne], 9 | 1991, mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://germanica.revues.org/2378

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page