Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Pierre Chassagne, Leo Perutz et le scepticisme viennois. L’ébauche d’une éthique du désenchantement

Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 (CELEC, coll. « Les Scripturales »), 248 p.
Éric Leroy du Cardonnoy
p. 294-296
Référence(s) :

Jean-Pierre Chassagne, Leo Perutz et le scepticisme viennois. L’ébauche d’une éthique du désenchantement, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 (CELEC, coll. « Les Scripturales »), 248 p.

Texte intégral

1L’auteur n’en est pas à son premier ouvrage consacré à Leo Perutz : Jean-Pierre Chassagne a publié une dizaine d’articles consacrés aux nouvelles de Perutz, après sa thèse de doctorat (Université de Grenoble III, 1999) sur le scepticisme dans l’œuvre narrative de Leo Perutz identifié comme signe de la crise de la modernité viennoise, dont le présent ouvrage reprend certains chapitres, tels la fragmentation du temps ou bien encore le sacrifice de l’éthique.

2L’ouvrage part du postulat que la liberté d’écriture de l’auteur « va de pair avec un scepticisme fondamental faisant voler en éclats toutes les certitudes identitaires, philosophiques et éthiques » (p. 14). Au-delà des études désormais classiques consacrées au fantastique ou à l’analyse narratologique et transtextuelle des textes de Leo Perutz, Jean-Pierre Chassagne traite les romans historiques de ce dernier comme des romans de l’échec en s’appuyant sur Nietzsche et sa pensée de l’histoire dans la Seconde Intempestive comme matrice d’analyse de départ : Nietzsche s’inscrit contre histoire monumentale et la figure du héros qu’il analyse tous les deux comme des pièges. Le temps (au niveau individuel et historique), l’éthique, l’humain sont les trois moments de cet ouvrage qui passe au crible plus d’une dizaine d’ouvrages de Leo Perutz en les replaçant dans le contexte culturel de la fin-de-siècle et de l’Entre-deux-guerres viennois. L’auteur montre très bien que le scepticisme perutzien à l’égard de l’identité, du langage et des valeurs ne va pas jusqu’à un nihilisme total, car Perutz croit en l’amour de la vie et au respect de l’Humain tout en s’inscrivant contre une vision téléologique de progrès de l’humanité. Perutz prend en compte une conception de la prose narrative fondée sur une position polyperspectiviste, la crise du langage dans la lignée de Mauthner, Hofmannsthal, Kraus et Wittgenstein qui remet en cause la conception d’un langage qui ne serait que pur reflet de la réalité. Et Jean-Pierre Chassagne interprète la démarche adoptée par Perutz comme un cheminement vers un humanisme de la désillusion et une éthique nouvelle fondée sur l’Éros. Proche en ce sens de Freud dans ses derniers écrits, Perutz ne peut donner une réponse claire et définitive aux questions qu’il pose, et cela explique que les textes narratifs aboutissent au silence, l’auteur se refusant de choisir entre Éros et Thanatos.

3Le roman et la nouvelle historiques sont présentés comme le laboratoire d’une déconstruction de la norme du genre et la remise en cause du discours scientifique : « Perutz délimite le territoire de l’imaginaire comme espace de résistance à toute rationalisation réductrice. » (p. 185), position qui se traduit très clairement dans le plaisir incontestable de la narration et la jubilation de son écriture. Autrement dit, Perutz ne se pose pas seulement contre, il manifeste l’importance primordiale du récit dans la construction de l’identité tant individuelle que collective, récit qui ne peut se réaliser que dans la narration. Jean-Pierre Chassagne nous livre des analyses très pertinentes et éclairantes des textes étudiés, prenant toujours soin de réinsérer l’auteur dans son contexte historique pour souligner notamment l’importance de la conception judaïque du divin, les courants de pensée qui agitèrent la modernité viennoise, et dont Perutz serait en quelque sorte le sismographe.

4Si l’on considère les ouvrages mentionnés comme des fictions, et c’est ce que fait Jean-Pierre Chassagne, le fait de recourir à des affirmations de l’écrivain sur sa conception romanesque pour justifier ce qui se passe, ou non, dans la diégèse, pose problème. Ou pour le formuler plus simplement : la question de l’éventuelle référentialité de la fiction romanesque est-elle un critère d’analyse pertinent quant à l’illusion d’authenticité visée par Perutz à travers le roman historique ? Enfin la question se pose tout de même de savoir pour quelles raisons à la fin de son étude Jean-Pierre Chassagne dénie à Perutz la qualité de représentant, parmi d’autres, et selon des formes qui lui sont idiosyncratiques, de la postmodernité sur la seule base de son « écriture classique et de son humanisme désabusé » (p. 230). En effet les principales caractéristiques qu’il relève de l’écriture perutzienne semblent très clairement s’inscrire dans un schéma postmoderne : le refus de la référence à la raison comme schème explicatif, un nouveau rapport au temps et une fragilisation de l’identité tant du sujet que du collectif. Une telle perspective aurait peut-être donné un souffle plus ample à l’ouvrage en replaçant l’auteur dans un mouvement proprement européen, voire mondial. Les critères tels que l’instrumentalisation de l’éthique, la mise en avant de la surface au détriment de la profondeur, le côté ludique et l’absence de foi dans la mission rédemptrice du roman semblent des traits caractéristiques qui se retrouvent au-delà de la stricte sphère culturelle viennoise ; même si Perutz ne peut être considéré comme un auteur postmoderne, son écriture semble le placer dans une position charnière entre modernité et postmodernité. Quelques éclaircissements à ce propos auraient été les bienvenus.

5Enfin, on regrettera pour terminer l’oscillation entre l’orthographe allemande et française pour le nom de certains personnages (p. 32 et 33 par exemple) ainsi que l’absence des dates de publication des ouvrages, qui ne sont pas indiquées systématiquement, ce qui ne permet pas de reconstruire une évolution éventuelle de la pensée de Perutz à un lecteur non averti, ce qui est bien dommage au vu des qualités d’ensemble de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Leroy du Cardonnoy, « Jean-Pierre Chassagne, Leo Perutz et le scepticisme viennois. L’ébauche d’une éthique du désenchantement », Germanica, 53 | 2013, 294-296.

Référence électronique

Éric Leroy du Cardonnoy, « Jean-Pierre Chassagne, Leo Perutz et le scepticisme viennois. L’ébauche d’une éthique du désenchantement », Germanica [En ligne], 53 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/2312

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page