Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple André Helbo, L’Adaptation. Du théâtre au cinéma, Paris, Armand Colin, 1997 ; Joach (...)

1Il existe depuis plusieurs années un certain nombre de publications significatives sur les liens entre littérature et cinéma, en particulier sur les mécanismes de l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires1. Pour explorer une partie des relations complexes entretenues par le cinéma et la littérature, le présent numéro de Germanica propose une réflexion sur les divers modes de circulation entre ces deux formes d’art dans l’espace germanophone de 1989 à nos jours, interactions qui se manifestent notamment sous les formes suivantes : l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires ; les modifications, plus ou moins importantes, induites par le changement de médium (le temps infini de la lecture s’oppose au temps nécessairement limité du film, ce qui impose un certain nombre de choix du scénariste) ; la transformation, éventuellement radicale, qui peut aller parfois jusqu’à une forme d’autonomisation par rapport à l’œuvre initiale. Le passage d’un médium à un autre invite ainsi à s’interroger sur une redéfinition et/ou un effacement partiels des frontières entre les genres en présence. Se pose enfin la question des auteurs mettant leurs propres textes à l’écran (comme Handke) ou jouant un rôle – périphérique ou central – dans cette entreprise (ainsi Wolf Haas, auteur d’auto-adaptations et des scénarii de ses propres productions littéraires).

2Sur un plan proprement thématique, on note une forte présence de certains sujets, traités sous des formes variées : thématiques historiques (problème des deux Allemagnes, réunification, travail de l’Autriche sur son passé) ; liens entre littérature expérimentale et cinéma expérimental ; littérature et cinéma « de résistance » en Autriche. La question des similitudes et des différences entre les tentatives de réponses apportées par le cinéma d’un côté et par la littérature de l’autre à ce type de problématiques ne manque pas d’être soulevée ici.

3Ce numéro se propose d’examiner les liens entre cinéma et littérature sous trois angles principaux, qui structurent le volume :

4– le passage d’un médium à l’autre (jeux intermédiaux et modes de transfert) ;

5– l’adaptation cinématographique des « classiques » (romans, contes, pièces de théâtre, voire poésie) ;

6– l’adaptation cinématographique d’œuvres contemporaines.

7La première partie est ainsi consacrée aux jeux intermédiaux et aux modes de transfert entre la littérature et le cinéma. S’appuyant sur les réflexions de l’historien du cinéma James Monaco (Film verstehen. Kunst, Technik, Sprache, Geschichte und Theorie des Films und der neuen Medien) considérant le roman comme le plus proche parent du film, Jens Liebich se penche sur le lien de parenté qui unit film et roman à l’exemple du roman Der Zimmerspringbrunnen de Jens Sparschuh et de son adaptation cinématographique par Peter Timm en 2001. Il montre notamment que le passage d’un style plutôt narratif à un style dramatique conduit nécessairement à des altérations dans le traitement de l’ironie. Brahim Moussa interroge, pour sa part, les fonctions des signes iconiques dans les adaptations cinématographiques du Parfum et du Liseur. Comme Liebich, mais à l’aide d’autres exemples, il met en évidence la différence de narration entre film et texte, différence liée à la transformation des mots en images. En se référant aux ouvrages Der Kameramörder et Die Arbeit der Nacht de Thomas Glavinic, ainsi qu’à Geister de Thomas von Steinaecker, l’article de Jan Drees propose d’examiner la manière dont la littérature germanophone des années 2000 utilise les constructions de l’espace dans le film afin d’illustrer une différence sociale et littéraire. À l’aide des outils développés par Rayd Khouloki sur les possibilités descriptives des « espaces filmiques », il montre que la représentation hyperréaliste de la réalité dans les textes analysés révèle, de manière nouvelle, des stratégies de mise en scène.

8Dans la deuxième partie du volume, consacrée à l’adaptation des « classiques », André Combes examine la réécriture d’Antigone dans une configuration récente : celle qui confronte la théâtralité brechtienne (1947-48) et la cinématographie des Straub (1991-92). L’auteur montre comment, dans cette adaptation, la réécriture du mythe d’Antigone accomplit un « saut transmédial »sans qu’il s’agisse pour autant d’une rupture avec le théâtre. Il y voit plutôt une interpellation cinématographique d’un texte déjà retravaillé pour la scène. Christin Niemeyer compare, elle, plusieurs adaptations filmiques du conte Der Froschkönig oder der eiserne Heinrich (Le Roi Grenouille ou Henri de Fer) des frères Grimm. Elle montre dans quelle mesure les différentes transpositions filmiques ont recours à des techniques d’extrapolation et de réécriture, et continuent ainsi à écrire l’histoire du genre littéraire du conte, tout en véhiculant des valeurs pédagogiques et idéologiques spécifiques. Puis, à partir de Freigesprochen (Peter Payer, 2007), réécriture contemporaine de la pièce Der jüngste Tag d’Ödön von Horváth, Irène Cagneau examine tour à tour l’écriture « filmique » du dramaturge, la transposition d’une fable « intemporelle » dans le monde contemporain et les choix faits par le cinéaste pour traiter le thème fondamental de la culpabilité. Enfin, Patricia Linden se penche sur diverses adaptations cinématographiques de l’œuvre de Dürrenmatt et s’interroge en particulier sur le lien textuel entre film et texte, c’est-à-dire sur les mécanismes complexes présidant à la transformation de l’œuvre initiale en une œuvre travaillant à l’aide d’un autre langage.

9Dans la troisième partie du volume, qui traite d’adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires contemporaines, Elisabeth Kargl et Aurélie Le Née analysent d’abord l’adaptation cinématographique récente (2012), par Julian Roman Pölsler, du roman Die Wand de Marlen Haushofer, longtemps considéré comme impossible à transposer à l’écran. Elles soulignent que cette adaptation oscille fondamentalement entre deux pôles : l’hommage au texte de Haushofer d’une part, l’opposition entre Heimatfilm et thriller d’autre part, dans le contexte du rapport à l’Antiheimatroman en Autriche. Julian Reidy examine, lui, Die Reise de Bernward Vesper, forme hybride d’essai et de roman publié à titre posthume en 1977 qui a souvent été soumis à des interprétations visant à montrer que son auteur était sympathisant du terrorisme d’extrême gauche. En tenant compte de films tels que Die Reise (1986), Die bleierne Zeit (1981) et Wer wenn nicht wir (2011), l’article montre que le traitement cinématographique de la vie et de l’œuvre de Bernward Vesper participe de cette tradition polémique. Jan Rhein se penche ensuite sur l’adaptation filmique de Die Vermessung der Welt de Daniel Kehlmann, expérimentation littéraire et best-seller mondial, et parvient à la conclusion que cette adaptation, elle-même expérimentale, prend une position intermédiaire entre incorporation du texte de départ et mise à distance consciente de ce même texte. Gábor Kerekes, comparant le best-seller de l’auteur autrichien Thomas Glavinic Der Kameramörder avec sa transposition cinématographique par Robert Adrian Pejo, démontre que le film contient de nombreuses modifications au regard de l’original : transformation de la forme monologique du livre en un Psychokammerspiel à la Qui a peur de Virginia Woolf ? Il observe par ailleurs que le film escamote tous les aspects du livre qui ont trait à la politique et à la religion pour se concentrer sur la sphère privée. Enfin, Éric Leroy du Cardonnoy se penche sur l’adaptation du roman La Tour (2008) d’Uwe Tellkamp par le réalisateur Christian Schwochow et le scénariste Thomas Kirchner pour une diffusion à l’occasion de la fête nationale allemande, le 3 octobre 2012. Il montre à quel point cette situation de production et de réception a déterminé des choix d’adaptation et que le téléfilm s’inscrit dans une démarche d’interprétation purement dénotative qui fait de La Tour un film sur les dernières années de la RDA.

10Le volume se clôt sur une section entièrement dédiée à l’œuvre de l’écrivain et cinéaste allemand Alexander Kluge (né en 1932), l’un des représentants majeurs du « Nouveau Cinéma Allemand ». Le texte inédit, Der Mann ohne Eigenschaften (hommage à l’opus maximus de l’écrivain autrichien Robert Musil), qu’Alexander Kluge – que nous tenons ici à remercier chaleureusement – nous offre pour ce numéro est précédé d’un entretien, captivant et lui aussi inédit, avec Vincent Pauval (l’un de ses plus fins connaisseurs en France, traducteur et responsable d’un projet d’édition de ses œuvres en français) et suivi d’un article de Herbert Holl portant sur l’« imagicité » d’Eisenstein et de Kluge, c’est-à-dire la fusion du mot et de l’image, la consanguinité de la littérature et du cinéma.

11L’exemple paradigmatique d’Alexander Kluge témoigne comme nul autre de la fécondité des liens entre cinéma et littérature dans l’espace germanophone contemporain. C’est exactement ce que ce numéro « atypique » de Germanica aura tenté de mettre en évidence.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple André Helbo, L’Adaptation. Du théâtre au cinéma, Paris, Armand Colin, 1997 ; Joachim Paech, Literatur und Film, Stuttgart/Weimar, Metzler, 1997 ; Jean-Bernard Vray (dir.), Littérature et cinéma. Écrire l’image, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999 ; Emmanuelle Meunier, De l’écrit à l’écran. Trois techniques du récit : dialogue, narration, description, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Jeanne-Marie Clerc et Monique Carcaud-Macaire, L’Adaptation cinématographique et littéraire, Paris, Klincksieck, 2004 ; Jean-Louis Leutrat (dir.), Cinéma & littérature. Le grand jeu, t. 1, Le Havre, De l’incidence éditeur, 2010 ; Francis Vanoye, L’Adaptation littéraire au cinéma : formes, usages, problèmes, Paris, Armand Colin, 2 011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Kargl et Marc LACHENY, « Avant-propos », Germanica, 53 | 2013, 7-10.

Référence électronique

Elisabeth Kargl et Marc LACHENY, « Avant-propos », Germanica [En ligne], 53 | 2013, mis en ligne le 09 janvier 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://germanica.revues.org/2265

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Kargl

Articles du même auteur

Marc LACHENY

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page