Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Karl Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France, 1894-1938

Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2012, 340 p., 27 €, ISBN 978-2-7574-0395-2
Jacques Le Rider
p. 161-163
Référence(s) :

Karl Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France, 1894-1938, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2012, 340 p., 27 €, ISBN 978-2-7574-0395-2

Texte intégral

1Depuis que la « modernité viennoise » a commencé à passionner le public français, c’est-à-dire depuis les années 1980 et l’exposition « L’Apocalypse joyeuse » du Centre Pompidou, Arthur Schnitzler a été abondamment traduit, édité et commenté. Il est aujourd’hui un des auteurs viennois les plus connus en France : plus populaire que Hofmannsthal, Musil ou Canetti, plus accessible en traduction française que Karl Kraus, il n’est surpassé dans la faveur du public français que par Stefan Zweig.

2Centrée sur la première période de la réception de Schnitzler en France, de 1894 à 1938, l’étude de Karl Zieger révèle que la reconnaissance de cet auteur ne fut pas immédiate, que l’intérêt pour Schnitzler resta longtemps limité à une partie seulement de sa production (les nouvelles et les pièces en un acte) et que l’éloge du « maître de la petite forme », dont l’esprit viennois était considéré comme plus proche de certaines traditions « latines » et française, était à double tranchant. Plaquer sur Schnitzler une certaine représentation de l’identité culturelle autrichienne et viennoise revenait à le couper de ce que le public français considérait comme le propre du génie allemand : la tradition goethéenne, le romantisme, la profondeur philosophique. On comprend, en lisant cet ouvrage de Karl Zieger, que la construction de l’identité autrichienne différente de l’identité culturelle allemande, dans les discours savants comme dans l’opinion publique, à partir de 1920, pouvait produire des effets ambivalents. On vantait l’austriacité de Schnitzler pour mieux le tenir à l’écart de la littérature allemande tout court. C’est plus tard, dans la seconde vague de la réception de Schnitzler en France, dans le dernier tiers du xxe siècle, que s’impose une autre image de Schnitzler : analyste lucide et perspicace de la crise morale de la Belle Époque et des années 20, maître de la grande forme au théâtre comme dans le roman de société, auteur d’un des journaux personnels les plus monumentaux et les plus riches de la littérature européenne.

3À ce point de la réflexion se pose une question que l’on rencontre sans doute dans la plupart des études consacrées à la réception française d’un auteur étranger : en quoi le tableau, dressé avec tant de talent et d’érudition par Karl Zieger, fait-il apparaître un « Schnitzler français » ? En quoi et jusqu’à quel moment la vision française de Schnitzler s’écarte-t-elle des jugements portés sur ses œuvres en Autriche et en Allemagne ? Au début en tout cas, les stéréotypes français (« maître de la petite forme » ; « typiquement viennois ») recoupent ceux contre lesquels Schnitzler a dû se battre, dans son propre pays et en Allemagne.

4On prend conscience, en lisant le beau livre de Karl Zieger, du fait que les « transferts culturels » franco-autrichiens restent moins bien connus et moins souvent étudiés que les « transferts culturels » franco-allemands. C’est pourquoi cette étude n’est pas seulement destinée à devenir un ouvrage de référence de la Schnitzler-Forschung, mais sera désormais incontournable pour tous les travaux consacrés à l’histoire interculturelle du voisinage européen France-Autriche. Il est impossible, dans ce compte rendu, de rendre compte de l’exceptionnelle richesse de la documentation rassemblée par Karl Zieger grâce à l’étude de très diverses sources documentaires (journaux, revues, correspondances en grande partie inédites, histoire des traductions françaises de Schnitzler, etc.). Nous nous bornerons à souligner qu’on pourrait extraire du livre de Karl Zieger sur Arthur Schnitzler et la France les premiers éléments d’une prosopographie des agents du transfert culturel franco-autrichien : traducteurs, éditeurs, agents littéraires, directeurs de théâtre, critiques, médiateurs autrichiens en France, médiateurs français à Vienne… Voilà une des dimensions les plus remarquables de l’ouvrage dont l’importance, on l’a compris, dépasse très largement le domaine particulier des études schnitzleriennes.

5Qu’il me soit permis de me limiter à deux exemples qui ont particulièrement retenu mon intérêt. On retrouve Henri Albert, bien connu de tous ceux qui s’intéressent à « Nietzsche en France », et l’on mesure à quel point l’affect anti-prussien de grand « importateur littéraire » fut déterminant dans son soutien de la réception de Schnitzler en France. Autre exemple : on en apprend chez Karl Zieger, à propos d’Alzir Hella, dont le nom est également indissociable de l’histoire des traductions françaises de Stefan Zweig, plus que nulle part ailleurs jusqu’à présent.

6Dans le présent numéro de Germanica, au détour de mon étude sur Schnitzler dans la Revue de Genève, qui pioche abondamment dans la mine d’informations ouverte par Karl Zieger, j’ai insisté sur un thème qui constitue un élément de continuité de la première à la deuxième vague de la réception de Schnitzler en France : les propos de Félix Bertaux qui, le premier, a insisté sur la « vibration freudienne » perceptible dans les textes de Schnitzler. Ailleurs, F. Bertaux parle de « teinte freudienne ». Ce sont des formules très vagues qui font apparaître à quel point la connaissance des relations de Schnitzler avec Freud et d’autres psychanalystes contemporains a progressé depuis lors. C’est aussi le point de vue qui a changé. Chez Félix Bertaux, le « freudisme » de Schnitzler est évoqué avec précaution pour éviter d’effaroucher le public français. Aujourd’hui, c’est précisément cette proximité de Schnitzler avec son « Doppelgänger » freudien qui est considérée comme une des dimensions les plus fascinantes de ses textes.

7Dans son introduction, Karl Zieger rappelle que les études en langue française sur Schnitzler, après une longue période durant laquelle la thèse de Françoise Derré publiée en 1966 était restée la seule monographie de référence, se sont multipliées depuis le début des années 2000. Son ouvrage magistral complète brillamment cet ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « Karl Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France, 1894-1938 », Germanica, 52 | 2013, 161-163.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « Karl Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France, 1894-1938 », Germanica [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://germanica.revues.org/2144

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page