Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Sigurd Paul Scheichl, Karl Zieger (dir.), Österreichisch-französische Kulturbeziehungen 1867-1938/ France-Autriche : leurs relations culturelles de 1867-1938

Innsbruck, Innsbruck University Press, Presses Universitaires de Valenciennes, 2012.
Éric Leroy du Cardonnoy
p. 159-161
Référence(s) :

Sigurd Paul Scheichl, Karl Zieger (dir.), Österreichisch-französische Kulturbeziehungen 1867-1938/ France-Autriche : leurs relations culturelles de 1867-1938, Innsbruck, Innsbruck University Press / Presses Universitaires de Valenciennes, 2012.

Texte intégral

1Voici un recueil hautement intéressant et passionnant pour les austriacistes, qu’ils soient spécialistes de littérature ou de civilisation au sens large du terme. En effet, ce volume, faisant suite à un projet commun des universités d’Innsbruck et de Valenciennes destiné à explorer les différentes formes et manifestations d’échanges culturels entre la monarchie habsbourgeoise et la France, livre l’image de leur complexité dans les deux sens sur une période de soixante-dix ans et s’inscrit ainsi dans le sillage des recherches sur les transferts culturels, menées en son temps par Michel Espagne entre la France et l’Allemagne. Les contributions s’intéressent aux relations théâtrales, juridiques, artistiques, architecturales et poétiques, mettant à chaque fois en lumière les rôles de passeurs de certains personnages du monde culturel (Helga Mitterbauer à propos de Rudolf Lothar et Camille Mauclair).

2Le recueil s’ouvre judicieusement par deux articles (Jacques Le Rider et Irène Cagneau) qui replacent en contexte l’attention des journalistes et intellectuels français pour l’Autriche jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’entreprise est en soi utile, car elle permet de voir que les observateurs ont très tôt perçu les spécificités de l’Autriche-Hongrie et les difficultés auxquelles elle se heurtait tout en faisant de la monarchie danubienne un facteur non négligeable dans leur approche et analyse des relations franco-allemandes. L’Autriche, il est vrai, et les deux contributions le rappellent avec pertinence, est pour un certain nombre de nos compatriotes de l’époque marquée par les différends qui ont opposé les deux pays au début du xixe siècle, voire antérieurement ; d’un autre côté, elle est parfois difficilement identifiable comme entité propre face à l’Allemagne ou la Prusse, en particulier juste après la période du Compromis de 1867, notamment quant à la nature dualiste de ce « nouvel » État. Une présentation du regard dans le sens inverse eût peut-être été indiquée pour juger de l’image de la France à Vienne et dans la monarchie à un moment où les événements tant au plan intérieur qu’au niveau international obèrent l’équilibre européen pour la période considérée.

3Marc Lacheny consacre ensuite un article aux relations entre le Burgtheater et la Comédie-Française en montrant que les liens ne sont pas seulement institutionnels mais aussi de caractère privé entre les acteurs des deux grandes institutions et que les échanges entre répertoires se sont faits uniquement dans le sens France-Autriche. Il s’interroge, dans un second article, sur l’image et la perception par Karl Kraus des germanistes français et du rôle de ceux-ci, connus et moins connus, dans les tentatives pour lui faire obtenir le prix Nobel de littérature. Il s’agit d’un double mouvement d’instrumentalisation : Kraus comme arme des germanistes français contre le pangermanisme, les germanistes français comme arme de Kraus contre les germanistes allemands et « la surdité de l’Autriche à ses diatribes » (p. 219). L’intérêt de l’article est également de révéler un riche fonds inexploité, le fonds Maximilien Rubel à la BDIC, pour la recherche krausienne. Sylvie Arlaud dédie deux articles à l’histoire de l’art et à l’architecture pour montrer de quelle manière les relations entre l’État et l’avant-garde sont une caractéristique de la modernité en Autriche, tandis qu’en France, elle se déploie en dehors des institutions nationales. Gerald Stieg retrace les rôles respectifs de Johann Nestroy et Karl Kraus dans la réception viennoise de Jacques Offenbach et de l’opérette. Jacques Le Rider rappelle le rôle de Maeterlinck dans la philosophie du langage de Fritz Mauthner qui rejaillit ensuite sur la Lettre à Lord Chandos, un « moment véritablement européen de l’histoire des idées linguistiques et de la littérature » (p. 146). Martine Sforzin s’intéresse à deux approches – celles d’Hugo von Hofmannsthal et de Paul Valéry – concernant le déclin de l’Europe et montre que les auteurs adoptent une position pacifiste et prônent une entente mutuelle entre les Européens pour un avenir commun et non délétère. Karl Zieger, quant à lui, retrace la présence d’Emile Zola et d’Alfred Dreyfus sur les scènes autrichiennes et allemandes à partir de la pièce de Hans J. Rehfisch et Wilhelm Herzog (1929) et du film de Richard Oswald (1930), qui toutes deux traduisent la situation de crise que vivent les deux nouvelles républiques sorties du premier conflit mondial et qui veulent encore croire au progrès et à la justice. Wolfgang Pöckl s’intéresse à H. C. Artmann comme traducteur du français, notamment d’un volume d’Astérix et Obélix, et Marlene Mussner dresse un inventaire rapide des gallicismes dans deux textes d’Arthur Schnitzler, Reigen et Leutnant Gustl afin de montrer que les mots empruntés au français se sont maintenus plus longtemps en Autriche qu’en Allemagne. Enfin, Irène Cagneau consacre un article passionnant aux échanges entre les disciplines juridiques, notamment à partir de la création de la Société de législation comparée (1869), dont les membres les plus actifs, de tendance libérale, voient dans le code de procédure pénale autrichien d’un côté une formidable codification de type libéral, de l’autre la possibilité d’un sursaut salutaire (« Wiedererhebung ») de la monarchie habsbourgeoise.

4Mais le problème principal de cette publication réside dans l’absence d’organisation interne des contributions : le lecteur aura des difficultés à s’orienter entre les différents domaines abordés. En effet, on passe de l’histoire événementielle, par le biais des journaux, au théâtre pour arriver au domaine du droit avant d’aborder l’histoire de l’art pour revenir au théâtre et à la poésie et de terminer par des notes d’ordre linguistique. Les éditeurs, semble-t-il, auraient gagné à organiser sous des rubriques explicites les différents articles afin de prévenir le sentiment de répétition, voire de trouble, qui s’installe à la lecture du volume. Il n’en reste pas moins que les contributions sont d’une haute qualité scientifique et montrent l’intérêt que l’Autriche a eu et continue d’avoir pour les germanistes français en particulier, mais aussi et surtout pour le monde artistique en général. Les échanges entre les deux pays à des moments où tous les deux traversent des crises sérieuses sont le reflet d’une ouverture à l’Autre et de passages ininterrompus dans une Europe où l’on a trop souvent donné aux différentes manifestations du nationalisme comme caractéristique fondamentale du xixe siècle et de la première moitié du xxe la place principale. Ce recueil appelle en quelque sorte à réécrire l’histoire entre les pays européens sous un angle différent qui ne ferait du nationalisme que l’une des multiples composantes historiques des périodes considérées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Leroy du Cardonnoy, « Sigurd Paul Scheichl, Karl Zieger (dir.), Österreichisch-französische Kulturbeziehungen 1867-1938/ France-Autriche : leurs relations culturelles de 1867-1938 », Germanica, 52 | 2013, 159-161.

Référence électronique

Éric Leroy du Cardonnoy, « Sigurd Paul Scheichl, Karl Zieger (dir.), Österreichisch-französische Kulturbeziehungen 1867-1938/ France-Autriche : leurs relations culturelles de 1867-1938 », Germanica [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://germanica.revues.org/2143

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page