Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La littérature fonctionne souvent comme un séismographe qui enregistre les oscillations politiques, culturelles, historiques bien avant que ne se produisent les grands bouleversements. Il en va ainsi de cette littérature interculturelle de langue allemande en provenance de l’Est et du Sud-Est de l’Europe. Du point de vue politique, l’élargissement à l’Est se produit avec la chute du mur de Berlin en 1989. La littérature de langue allemande participe de ce mouvement historique dès les années soixante-dix en s’enrichissant des auteurs originaires de l’Est et du Sud-Est de l’Europe : ceux-ci ont écrit dans leurs pays respectifs une œuvre en serbo-croate, en hongrois, en tchèque, en roumain, en polonais, en russe, puis ils ont quitté, avant et après la chute du mur, leur « Heimat », une langue, une culture, un environnement social, politique pour venir s’installer en Autriche, en Allemagne, en Suisse, et tenter d’y poursuivre une œuvre littéraire en langue allemande. Ils ont la fragilité de migrants aux statuts divers : exilés, réfugiés, déplacés, expatriés. D’une manière ou d’une autre leurs vies portent les traces des oppressions politiques comme de celles des résistances et des libérations politiques, ils se donnent à voir comme des témoins de l’effondrement des systèmes totalitaires. Leur expérience commune est celle d’un changement de pays, de langue, de culture, d’identité nationale, de système économique. La perte d’un monde, l’errance entre plusieurs mondes, la difficile quête d’une identité nouvelle, l’intégration dans une société nouvelle parfois décevante, l’appropriation d’une langue de création nouvelle sont autant de thèmes récurrents dans la production littéraire de cette génération d’écrivains.

2Le présent numéro est consacré non seulement à la génération d’écrivains de l’Est arrivés dans les pays de langue allemande à partir des années soixante-dix, c’est-à-dire bien avant le tournant de 1989, mais aussi à des écrivains qui ont émigrés après 1990 (par exemple Saša Stanišič, Michael Stavarič) et ont commencé à publier leurs œuvres en langue allemande à la fin des années quatre-vingt-dix et après le tournant du millénaire. Cette génération, plus jeune, est porteuse de thèmes nouveaux, de visions nouvelles, souvent d’une écriture originale.

3La problématique du changement de langue est très présente : difficultés à s’emparer d’une langue étrangère pour exprimer un monde qui s’est constitué dans la langue maternelle, écriture marquée par l’interaction entre les langues, découverte de nouvelles possibilités d’expression dans l’autre langue, méfiance à l’égard de la langue, construction d’une langue littéraire.

4La question de l’identité est, elle aussi, récurrente : construction d’une identité hybride entre plusieurs cultures, importance de la dimension nationale dans l’identité, difficultés d’adaptation au pays d’accueil, sentiment de vivre dans un entre-deux, perte de la « Heimat », errance, quête d’un nouvel enracinement.

5On ne sera guère surpris d’observer l’importance centrale de la problématique politique dans la production de la jeune génération : regards sans complaisance sur les bouleversements politiques des pays respectifs, dénonciation des dictatures, de la folie nationaliste, de la violence ethnique, évocation des répressions, des résistances, de la perte de la patrie, de l’exil, représentation de la guerre, interrogation des mémoires collectives, de la mémoire de l’holocauste.

6Ces auteurs, qui se sont construits dans des contextes multiethniques, multilingues et multiculturels, affichent un certain esprit cosmopolite, ils veulent apparaître comme des témoins, des médiateurs et des réconciliateurs. La jeune littérature venue de l’Est et du Sud-Est de l’Europe apporte à la littérature allemande un vent nouveau, celui d’une créativité plus forte que toutes les oppressions, haines et violences destructrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bach, « Avant-propos », Germanica, 51 | 2012, 7-8.

Référence électronique

Bernard Bach, « Avant-propos », Germanica [En ligne], 51 | 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://germanica.revues.org/1974

Haut de page

Auteur

Bernard Bach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page