Navigation – Plan du site

« Personne n’est par-delà le bien et le mal ! »1. La représentation de la vieillesse dans les romans d’Ingrid Noll

« Nobody is above good and evil ! ». Dealing with old age in Ingrid Noll’s novels
« Kein Mensch ist jenseits von Gut und Böse ! ». Die Darstellung des Alterns in Ingrid Nolls Romanen.
Simone Orzechowski
p. 47-60

Résumés

La vieillesse est une notion indissociable de l’œuvre romanesque d’Ingrid Noll. L’auteur, qui entre elle-même dans cette catégorie comme les recensions ne manquent jamais de le faire remarquer, dépeint avec l’acuité qui la caractérise les différents stades du vieillissement entre 50 et 90 ans en donnant la parole aux principaux intéressés. L’amoralisme revendiqué et le paravent de l’intrigue policière lui permettent de dépasser les représentations conventionnelles et d’aborder aussi avec précision les peines et les frustrations liées à l’âge. Mais l’image prédominante reste celle de personnes âgées qui s’efforcent de tirer le meilleur parti de leur situation, notamment de vieilles dames d’une grande vitalité au comportement quelquefois peu orthodoxe, faisant d’elles des personnages attachants dotés de multiples facettes. De cette manière, Ingrid Noll contribue, de manière discrète et peut-être d’autant plus efficace, à faire évoluer la perception de la vieillesse dans la société actuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Kein Mensch ist jenseits von Gut und Böse ! ». Déclaration de l’octogénaire Charlotte dans Kalt i (...)

1L’âge est une notion indissociable de l’écrivain Ingrid Noll. Dès la sortie de son premier roman, Der Hahn ist tot (1991), les journalistes ne manquèrent pas de mettre en avant que ce roman policier empreint d’humour noir était le fruit de la vocation tardive d’une femme au foyer âgée de 56 ans qui s’était mise à l’écriture lorsque ses enfants avaient pris leur indépendance. Quelque vingt ans et dix romans plus tard, le contraste entre le statut social de la sympathique septuagénaire et l’œuvre jonchée de cadavres fait toujours partie des poncifs au sujet d’Ingrid Noll. L’écrivain et sa réception par la presse pourraient donc déjà fournir matière à réflexion sur l’appréhension de la vieillesse dans les médias…

  • 2 On se permettra, à ce stade de l’étude, de faire l’économie de la définition du terme de « vieilles (...)

2Mais ce qui mérite encore davantage de retenir l’attention, c’est la représentation de la vieillesse dans l’œuvre romanesque elle-même, car les personnes âgées2, relativement nombreuses, y occupent une place de choix.

3Au fil des dix romans parus à ce jour, Ingrid Noll dépeint les différents stades du vieillissement de 50 à 90 ans tant de l’intérieur, en donnant souvent la parole aux protagonistes âgés qui ne se privent pas d’aborder des sujets liés à ce phénomène, que de l’extérieur, en mettant en scène le comportement de l’entourage et de la société à leur égard.

4Connue pour l’acuité de son observation, la romancière n’en reste pas au stade de la représentation convenue, mais brosse par petites touches un tableau assez fouillé de la vieillesse dans la société allemande contemporaine.


*    *
*

  • 3 Ladylike, Diogenes Verlag, 2007. – Ehrenwort, Zürich, Diogenes Verlag, 2010.

5S’il fallait établir des fiches signalétiques des personnages âgés représentés dans les œuvres d’Ingrid Noll, elles seraient certainement assez banales, comme celles des autres protagonistes. La romancière est en effet connue pour bâtir des histoires s’inscrivant dans le quotidien a priori sans histoire de familles de la classe moyenne supérieure. Dans ce cas précis, le profil type est celui d’un(e) retraité(e) au parcours linéaire qui coule une existence paisible. Les hommes ont exercé des emplois qui leur permettaient de faire vivre une famille, les femmes ont épousé dans leurs jeunes années des hommes aux profils équivalents et ont endossé prioritairement les rôles d’épouse et de mère. Le lecteur les découvre dans leur maison en périphérie d’une ville de Hesse ou du Bade-Württemberg. Ils consacrent leurs journées à des activités traditionnellement associées aux retraités, telles que l’accueil des petits-enfants et le jardinage (Anneliese dans Ladylike), les promenades et la lecture (Lore dans Ladylike), le bricolage (Ewald dans Ladylike), ou regardent tout simplement la télévision (Willy Knobel dans Ehrenwort)3, ce quotidien n’étant guère interrompu que par les visites de leurs enfants et/ou petits-enfants.

  • 4 Hugo, nonagénaire, dans Kalt ist der Abendhauch.
  • 5 Voir Ladylike :

6Des personnages aussi lisses risquent d’autant plus de passer inaperçus qu’ils mènent une vie plutôt retirée. Tous sont veufs, et bien qu’ayant tous des enfants, ils ne sont pas très proches de leur famille. Un seul d’entre eux vit sous le même toit que sa fille4 et encore ne le voit-on pas dans cette situation puisqu’il entre réellement dans l’histoire au moment où sa fille le dépose chez sa belle-sœur. Les contacts se limitent à des visites ponctuelles qui ne sont guère l’occasion de moments de grande convivialité (tels que des fêtes de famille par exemple), mais sans que cela doive être interprété comme le signe d’une dysharmonie. En règle générale, la distance courtoise qui s’est établie entre les personnes âgées et leurs enfants semble bien vécue. Aucun des personnages ne s’en plaint, les seules critiques au sujet des relations entretenues avec la descendance portent même, au contraire, sur les vélléités interventionnistes des enfants perçues comme une sorte de paternalisme ou de maternage déplacé5.

  • 6 Seule Lore se plaint des relations formelles qu’elle entretient avec ses petits-fils : « Ein wenig (...)
  • 7 Anneliese, l’amie de Lore qui est tout son contraire, apprécie visiblement que ses deux jeunes peti (...)

7Les relations avec les petits enfants sont en général plus chaleureuses6, mais n’en sont pas moins ponctuelles, ce qui semble d’ailleurs convenir à la plupart des protagonistes7.

  • 8 À la suite d’un accident, il est transporté à l’hôpital puis chez son fils, mais dans les deux cas, (...)

8La vie sociale en général n’occupe pas une place importante. Aucune personne âgée n’est engagée dans la vie associative pourtant si développée en Allemagne. Les personnages sont essentiellement représentés dans leur cadre domestique ; lorsqu’ils évoluent en dehors de ce cadre, c’est uniquement pour se consacrer à quelques activités élémentaires, telles que les courses ou les visites chez le coiffeur ou le médecin, dont l’évocation très allusive ne permet pas, dans la plupart des cas, de déceler une forme d’échange avec l’environnement social. On notera qu’il existe une corrélation entre ce type d’activité et l’âge du personnage : plus celui-ci est âgé et plus son rayon d’action se réduit. Lore, Anneliese et Ewald, les septuagénaires de Ladylike, entreprennent un voyage qui les conduit à quelques centaines de kilomètres du domicile ; Charlotte, l’octogénaire de Kalt ist der Abendhauch, ne s’éloigne que de quelques kilomètres pour se rendre chez son fils et au cimetière ; Willy Knobel, le nonagénaire de Ehrenwort, ne quitte plus son chez-lui de sa propre initiative8.


*

  • 9 « Ein Leben im Altersheim wäre für mich schwer zu ertragen. » (Kalt ist der Abendhauch, p. 19).

9À ce stade, il apparaît que le regroupement de tous les personnages ayant plus de 70 ans dans une seule catégorie est inapproprié, car l’appellation « personnes âgées » recouvre en fait deux sortes d’expériences vécues : celles des vaillants septuagénaires et celles des personnages plus âgés, de plus en plus sédentaires et de plus en plus dépendants. À 73 ans, Lore et Anneliese mènent leur vie comme bon leur semble puisqu’elles ont décidé de cohabiter dans la maison d’Anneliese, qu’elles organisent des sorties et des voyages et qu’elles savent composer avec les désagréments du vieillissement en prenant les initiatives nécessaires pour en limiter l’impact (en engageant un jardinier pour le gros œuvre ou un chauffeur pour prendre en charge le trajet de leur escapade dans la voiture de Lore que celle-ci ne souhaite plus conduire sur de longues distances). Avec ses 82 ans, Charlotte est moins active et moins autonome. Sa vie sociale actuelle ne joue qu’un rôle secondaire, car la majeure partie de l’intrigue est construite sur l’histoire d’amour qu’elle vit avec Hugo depuis plus d’un demi-siècle et donc faite d’analepses, pour en expliquer la genèse, et de réflexions sur la nature de leur lien actuel. On en retire néanmoins l’idée que ses sorties se bornent aux activités quotidiennes (courses, consultations du médecin…) et que son petit-fils Felix, âgé d’une vingtaine d’années, vient l’épauler, notamment en prenant en charge des déplacements. Consciente des restrictions que lui impose la diminution physique, elle craint surtout la perte d’autonomie qui l’amènerait à devoir quitter son foyer : « J’aurais du mal à supporter une vie en maison de retraite »9.

  • 10 « Seit ich die Achtzig überschritten habe, bin ich voller Dankbarkeit, dass meine Kinder mir meine (...)

10Cet aspect n’est abordé que rapidement, mais d’une manière qui donne à penser que l’octogénaire a le sentiment de passer progressivement sous la tutelle de ses enfants : « Depuis que j’ai passé les 80 ans, je suis très reconnaissante que mes enfants ne m’aient pas encore pris mon indépendance »10.

  • 11 Ehrenwort, p. 15 et pp. 20-21.

11Hugo, l’amoureux de Charlotte, et Willy Knobel, respectivement âgés de 87 et 90 ans, ne jouissent plus d’un tel sursis. Hugo, qui vivait jusque-là avec sa fille, aspire à retrouver une certaine indépendance en élisant résidence chez Charlotte, mais la dégradation de son état de santé durant son séjour, qui se solde par une hospitalisation, amène sa fille à lui chercher une place dans un établissement pour personnes âgées. Au début d’Ehrenwort, Willy Knobel se débrouille tant bien que mal dans sa maison avec l’aide ponctuelle de son petit-fils Max, mais une mauvaise chute le conduit à l’hôpital puis, après une aggravation de son état de santé, dans la maison de son fils pour y passer ses derniers jours qui, en principe, sont comptés. Dans les deux cas, il apparaît clairement que les vieux messieurs ne peuvent plus vivre tout seuls, et l’entourage est alors amené à prendre les décisions à leur place. On notera au passage que ce (dé)placement n’est décidé qu’en dernier recours : la fille de Hugo ne peut plus s’occuper de lui car elle est elle-même malade, et la famille de Willy Knobel ne songeait nullement à l’installer chez elle avant qu’il soit agonisant, alors même que le délabrement croissant dans lequel vivait le vieil homme ne lui avait pas échappé, puisque le petit-fils relève avec dégoût que la cuisine est infestée de cafards et que l’odeur du linge sale est certainement liée à un problème d’incontinence11

12On rejoint finalement ici le distinguo que les institutions ont été amenées à faire, à mesure que la population vieillissait, entre le troisième et le quatrième âge, le troisième âge allant, selon l’OMS ou les Nations Unies, de l’âge de la cessation d’activité à environ 80 ans et le quatrième correspondant à l’apparition d’un handicap et/ou à la perte d’autonomie, en général au-delà de 80 ans.

13L’impact qu’ont ces différences essentielles sur l’expérience des personnages amène à scinder la réflexion pour faire ressortir les spécificités de chacune des deux catégories.


*

14Le troisième âge représenté par Ingrid Noll se caractérise par son activité, mais aussi par sa frustration. Anneliese et Lore, qui en sont les représentantes, apparaissent d’emblée comme très ouvertes. Ainsi n’ont-elles pas hésité à modifier leurs habitudes de vie, Lore en renonçant à son cadre de vie habituel pour s’installer chez son amie et Anneliese en acceptant de procéder à des aménagements importants dans sa maison afin d’y créer deux espaces personnels en dehors des espaces communs. Elles ont encore une soif de vivre telle que Lore trouve ses journées trop courtes pour faire tout ce qu’elle prévoit, tout comme le reste de sa vie en général pour réaliser l’ensemble de ses projets (Ladylike, p. 5). La contrariété des deux septuagénaires naît de l’accueil que leur réserve la société. Bien trop souvent à leur goût, elles font l’expérience du désintérêt, voire de la mise à l’écart résultant de la réduction du champ d’activité qu’on cherche à leur imposer en raison d’une conception stéréotypée des comportements adéquats à chaque âge de la vie, visiblement très répandue parmi les générations plus jeunes. Un épisode relaté par Lore illustre bien cette attitude de la société à leur égard :

Gestern betraten wir eine Boutique, denn Anneliese wollte ihrer Tochter zum Geburtstag eine Bluse kaufen. Obwohl wir Beratung brauchten, wurden wir vom Personal ignoriert. Meine Freundin nahm das gelassen hin und wartete ergeben, während ich irgendwann schimpfte und mich heute noch ärgere.
Zum Abreagieren lud ich Anneliese in ein Bistro ein und verlangte schon an der Theke : « Zweimal Prosecco und zwei Portionen von diesem Salat ! » Ich deutete auf eine Kristallschale.
« Aber das ist Hummer ! » protestierte die Kellnerin fast entsetzt, als ob sich zwei ältere Frauen nicht schon morgens um elf eine Delikatesse leisten könnten. (Ladylike, p. 49)

15Autant les deux amies vivent mal cet ostracisme que dénonçait déjà Simone de Beauvoir, autant Charlotte, la vaillante octogénaire, semble se satisfaire de ses relations avec son environnement, probablement du fait que la réduction de son interaction avec le monde ne lui est pas imposée de l’extérieur.

  • 12 Rappelons au passage que tous les romans de Noll sont des romans policiers.
  • 13 On peut citer ici le réaménagement peu esthétique de la salle de bains, le défilé incessant du pers (...)

16Un seuil critique est en revanche atteint lorsque la personne âgée a besoin d’une assistance suivie. Dans les cas évoqués par Ingrid Noll, l’aide est prise en charge par la famille qui perçoit cette mise à contribution comme une corvée, d’autant plus que les nonagénaires dépeints dans les romans ne sont pas toujours commodes. Dans Die Apothekerin (1994), pour exercer une pression sur son petit-fils qui s’occupe de lui et le contrarie, Hermann Graber se sert de son testament et n’hésite pas à le modifier en sa défaveur. Willy Knobel se comporte incontestablement en vieillard autoritaire et acariâtre au début de Ehrenwort. Lorsque la situation devient insupportable pour la famille, cette dernière n’hésite pas à prendre des mesures pour se désengager. La solution au fond la plus honorable est retenue dans Kalt ist der Abendhauch, où Hugo est placé dans une maison de retraite après plusieurs attaques, car sa fille, elle-même septuagénaire, n’est plus en mesure de s’occuper de lui en raison de sa propre maladie. Dans les deux autres cas, la réaction est nettement plus percutante, puisque la famille décide de se débarrasser de manière radicale et définitive de celui qui est devenu, pour elle, un poids. Hermann Graber est ainsi assassiné par son petit-fils Levin. Si ce meurtre est, dans la logique de Noll, explicable12 par la personnalité du petit-fils, représenté comme un égocentrique infantile et sans scrupule qui espère ainsi toucher son héritage, il n’en va pas de même de Willy Knobel. Contraints à accueillir dans leur sphère privée le vieillard mourant, le fils et la belle-fille, présentés par ailleurs comme des personnalités ordinaires au comportement tout à fait convenable et anodin, tentent tous deux (chacun dans le plus grand secret) de mettre un terme aux jours de l’hôte indésirable lorsqu’il apparaît que la fin n’est pas aussi proche que les médecins le pensaient. Nul besoin d’arriver pour cela à une situation paroxystique intenable : les faits et gestes qui font le quotidien d’un vieillard grabataire maintenu à domicile et leur impact sur la vie de la famille13, ainsi que des considérations financières sur le coût des soins, suffisent ainsi pour que la belle-fille saute le pas. La situation est un peu plus complexe dans le cas du fils, où des tensions entre père et fils, liées à un passé commun houleux, viennent s’ajouter aux raisons évoquées, mais l’entrelacs de mobiles n’en reste pas moins banal. Les trois tentatives d’assassinat qui ponctuent le séjour du vieillard au domicile de sa descendance suffisent en tout cas pour illustrer le fait qu’un vieillard dépendant peut être perçu comme un fardeau par sa famille…


*

  • 14 « War das der Beginn der senilen Demenz oder gar Morbus Alzheimer, und er war bald nicht mehr imsta (...)
  • 15 « Als er sich vor gut drei Monaten das Bein gebrochen hatte, war er überzeugt davon, dass eine solc (...)

17Au moment où Willy Knobel est la cible de ces attentats avortés et inaperçus, il est relégué à l’arrière-plan si bien que ses pensées et sentiments ne sont guère évoqués, mais il n’en va pas de même dans la totalité du roman. Dans la phase de convalescence, la romancière aborde tout autant les craintes éprouvées par le personnage de sombrer dans la démence sénile après un moment d’absence14 que ses pensées positives lorsqu’il sent que son rétablissement va bien au-delà de ses attentes initiales15. Si Ingrid Noll n’hésite pas à exposer ses personnages âgés au danger, elle n’a pas moins à cœur de leur donner de la consistance en les représentant dans toute leur complexité.

  • 16 « Zipperlein des Alters ». L’expression est employée par la septuagénaire Lore (Ladylike, p. 26) et (...)
  • 17 C’est le cas d’Anneliese par rapport à Lore, comme cette dernière l’observe : « […] Anneliese [hat] (...)

18Dépassant largement l’image convenue de la personne âgée effacée et terne, la romancière donne notamment aux femmes l’occasion d’exprimer les méfaits du vieillissement. Contrairement aux attentes du lecteur, ce ne sont pas les problèmes de santé qui préoccupent principalement les héroïnes de Noll. Ceux-ci ne sont évoqués qu’allusivement, réduits à l’euphémisme « pépins liés à l’âge »16, et dissimulés autant que possible, y compris aux proches17. Même s’ils sont réels, ils ne sont pas la préoccupation principale des héroïnes de Noll. Celles-ci sont davantage affectées par la dégradation inéluctable de leur apparence physique, qu’elles jugent avec beaucoup de sévérité, la comparant à celle d’une méchante sorcière (Ladylike, p. 48), d’un « vieux fruit desséché » (Kalt ist der Abendhauch, p. 115), d’un épouvantail (Ibid., p. 236) ou encore d’une serpillère, au sortir de la douche (Ibid., p. 157). Ce jugement est confirmé par l’observation impitoyable des « compagnons d’âge ». La scène la plus explicite à cet égard est celle dans laquelle Lore, Anneliese et Ewald, après avoir mimé un élan juvénile en se jetant nus à la mer lors d’une promenade sur la plage de Sylt, sortent de l’eau transis, livrés aux regards d’autrui ; comme dans tout le roman, le lecteur voit ici Anneliese et Ewald avec les yeux de Lore :

Bei Anneliese fällt am meisten auf, wie sonnengebräunt Gesicht, Hals und Hände, und wie schweinchenrosa ihr barocker Körper ist. Ewald hat zwar einen bronzefarbenen Brustkorb aus Italien mitgebracht, aber vom Nabel abwärts ist er grauweiβ und fleckig wie eine schmutzige Serviette. […] Seine Unterschenkel scheinen im Gegensatz zum kräftigen Rumpf zwei dünne, mit Sand panierte Stecken zu sein. (Ladylike, pp. 243-244)

19Cette focalisation interne permet également à Ingrid Noll d’aborder un autre aspect, que la bienséance et/ou la pudeur amènent souvent à taire : le manque affectif et sexuel. La thématique occupe une place centrale dans les réflexions de Charlotte dans Kalt ist der Abendhauch, lorsque cette dernière se retrouve en présence de son vieil amant. Alors même qu’elle reconnaît sans ambages regarder un match de football auquel elle ne comprend rien pour les charmants jeunes joueurs qui évoluent sur le terrain et qu’elle peut prendre plaisir à caresser la chevelure d’un jeune homme sans éprouver exclusivement les sentiments de grand-mère qu’on lui prête (Kalt ist der Abendhauch, p. 63), elle fait avec Hugo l’expérience de l’impossibilité de la proximité physique :

[… Ich] werde am Ende so weich, dass ich den alten Charmeur küsse. Unsere Gebisse klappern gegeneinander, und der Zauber verfliegt. Was fasst man am besten an, wenn man unser Alter erreicht hat? Die runzligen Hände, die schütteren Haare, die eingefallenen Wangen? Die amorphen Weichteile kommen sowieso nicht mehr in Frage. (Kalt ist der Abendhauch, p. 204)

20À l’issue de deux (chastes) nuits passées dans le même lit à l’initiative d’Hugo et après avoir partagé avec le lecteur les impressions désagréables ressenties au contact de ce corps devenu étranger, Charlotte arrive à la conclusion qu’elle ne souhaite pas renouveler l’expérience. La sentence est néanmoins quelque peu atténuée par la conviction que la situation aurait été différente si les deux amants avaient vieilli ensemble (Kalt ist der Abendhauch, p. 191).

  • 18 « Reiz unserer alten Tage » (Ladylike, p. 324).

21Les mêmes thèmes sont repris d’une façon plus franche dans Ladylike, puisqu’ils font aussi l’objet de plusieurs conversations entre Lore et Anneliese, ce qui permet en outre de souligner que la problématique n’est pas liée spécifiquement à un tempérament, dans la mesure où les deux amies, l’une pétulante et l’autre plus réservée, sont également affectées. Là encore, le lecteur découvre la différence entre le troisième et le quatrième âges : si Charlotte, se rendant compte qu’elle ressent même du soulagement à se retrouver de nouveau seule chez elle (Kalt ist der Abendhauch, p. 243) après avoir pourtant toute sa vie rêvé de vivre avec Hugo, n’éprouve pas trop de difficultés à faire le deuil de l’amour physique qui la liait à Hugo, Anneliese et Lore, elles, ont du mal à supporter de ne plus être séduisantes même aux yeux de la gent masculine de leur génération, qui préfère généralement les femmes plus jeunes (Ladylike, pp. 204-205). Ce n’est qu’à la fin du roman qu’elles s’accommodent de la situation, se partageant Ewald dans une relation platonique qui fait finalement « le charme de [leurs] vieux jours »18.

  • 19 « Abschied nehmen heiβt die Parole eines Frauenlebens » (Ibid., p. 53).
  • 20 « noch etwas Aufregendes erleben » (Ibid., p. 168).
  • 21 « ich genieβe das Leben, als wäre ich selbst noch einmal jung » (Ibid., p. 209).

22Pour autant, ces femmes qui (re)connaissent les douleurs du vieillissement ne sombrent pas dans la mélancolie mais réagissent pour tirer le meilleur parti de leur situation. Même Lore, qui de son propre aveu tend à la nostalgie19, sait se ressaisir et se fixe comme ligne directrice de « vivre encore quelque chose d’excitant »20. Le voyage qu’elle entreprend avec Anneliese en compagnie du jeune couple qui leur sert de chauffeur répond visiblement à ses attentes : installée au soleil sur la place principale de Fribourg, au milieu des étudiants, elle retrouve les délicieuses sensations de la jeunesse21. Fortes de cette expérience positive, les deux septuagénaires préparent de nouveaux voyages avec Ewald à la fin du roman.

23Charlotte, dont le champ d’action est plus réduit, se montre néanmoins toujours ouverte au monde contemporain. En prévision de la visite d’Hugo, elle demande à son petit-fils Max de rénover les principales pièces de sa maison et fait preuve à cette occasion d’un radicalisme – son mot d’ordre « mid is shit » (Kalt ist der Abendhauch, p. 76) résumant fort bien son état d’esprit – qui surprend même son petit-fils, dont elle est pourtant très proche. Elle apprécie la présence des jeunes gens venus prêter main forte à Max et sait établir une véritable relation avec eux, par exemple en offrant à la petite amie de Max la robe « vintage » de sa jeunesse devant laquelle celle-ci s’extasie ou en se faisant conseiller par les jeunes filles de la bande d’amis pour l’achat d’une nouvelle robe. Même si elle reconnaît avoir besoin de calme, elle goûte les contacts ponctuels avec la jeune génération.

24Signalons que les hommes âgés restent eux aussi ouverts au monde. Ewald, qui aime conduire et prendre l’avion, est tout à fait disposé à voyager avec ses deux amies. C’est d’ailleurs lui qui propose de venir partager la vie des deux femmes dans cette forme peu habituelle de « Wohngemeinschaft ». Quant à Willy Knobel, il révèle son appétit de vie retrouvé en demandant à son petit-fils de lui apporter un nouvel après-rasage dont la publicité vante le côté viril, ainsi qu’un bouquet de fleurs bien précis qu’il associe au printemps, et en appréciant la compagnie des aide-soignantes.


*

25Mais ce sont quand même les vieilles dames qui restent à l’honneur chez Noll. Elles sont en réalité l’incarnation des « happy few » définis par Simone de Beauvoir :

  • 22 Simone de Beauvoir, La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970, p. 513.

Etre rejeté en marge de l’humanité, c’est échapper aux astreintes, aux aliénations, qui sont son lot ; la plupart des vieillards ne profitent pas de cette chance, mais elle est offerte à quelques-uns et certains s’en saisissent22.

  • 23 « […] mir mein Alter die Freiheit gibt, niemandem mehr gefallen zu müssen » (Kalt ist der Abendhauc (...)

26La conscience de leur marginalisation leur permet de faire fi d’un certain nombre de conventions. La tenue que Charlotte porte par commodité pour faire ses courses a valeur de symbole. Elle, qui fut très belle et se distinguait par son goût pour des tenues féminines et soignées qu’elle revêt d’ailleurs encore lorsqu’elle entend faire bonne figure auprès de ses visiteurs, n’hésite pas à enfiler un jogging vert pomme ainsi que des baskets et à se munir d’un sac à dos orange pour pouvoir faire ses courses à pied, car « [son] âge [lui] donne la liberté de ne plus devoir plaire à personne »23. Anneliese et Lore sont en général encore un peu plus soucieuses de leur tenue vestimentaire, mais se permettent des entorses aux règles établies telles que de menus larcins. Ainsi n’hésitent-elles pas à jouer la comédie (se faisant passer pour de vieilles héritières aristocratiques auprès de nouveaux riches russes) pour aider leur ami antiquaire à vendre de vieux bijoux au prix fort. De même, lorsqu’elles estiment que le prix du téléphone portable qu’elles ont choisi est excessif, elles le subtilisent sans grand état d’âme.

  • 24 Voir par exemple la scène où Lore s’approprie la veste d’une jeune femme : « Gut, flüstere ich trot (...)

27Dans la plupart des cas, les deux septuagénaires justifient accessoirement leurs actes répréhensibles par le désintérêt de la société à l’égard des personnes âgées. De fait, cet argument joue un rôle plus important qu’il n’y paraît à première vue, car il sous-tend la conduite de Lore et d’Anneliese, celles-ci faisant toujours allusion au fait qu’elles ne sont pas considérées par leurs « victimes »24. Tout se passe comme si le fait d’atteindre un certain âge faisait prendre conscience aux protagonistes qu’une situation qu’elles subissent est désormais fatal si elles n’y remédient pas elles-mêmes et que le caractère fatal et pénible de cette situation autorisait alors le recours à tous les moyens pour y échapper. Même si Lore se réfère à un moment aux Panthères Grises pour justifier leur attitude, celle-ci s’apparente presque davantage au règlement de comptes qu’au militantisme.

  • 25 L’association originelle, Gray Panthers, est née aux États-Unis en 1970 dans le but de défendre et (...)

28De fait, les transgressions les plus graves sont liées à la volonté de faire évoluer la vie privée. L’archétype en est Rosemarie Hirte, l’héroïne du premier roman d’Ingrid Noll, Der Hahn ist tot. Elle n’a que 52 ans au début de l’histoire, ce qui peut sembler un peu précoce pour être comptabilisée comme femme âgée – même si cela correspond au seuil fixé pour les femmes par les Panthères Grises25 –, mais se justifie néanmoins par son appartenance à la catégorie de la vieille fille, c’est-à-dire de la femme trop âgée pour prétendre à une vie de couple idéal-typique. En effet, Rosemarie Hirte prend des mesures radicales lorsqu’elle se rend compte qu’elle n’arrive pas à séduire le sémillant quinquagénaire sur lequel elle a jeté son dévolu, car celui-ci est nettement plus attiré par des femmes plus jeunes et plus attractives. Elle élimine alors toutes les rivales qui lui font obstacle dans le but de former enfin un couple avec l’élu de son cœur. Anneliese ne peut prétendre égaler cette meurtrière en série, mais elle n’a pas non plus hésité à recourir au poison pour se débarrasser d’un époux de plus en plus tyrannique. Dans Ladylike, la thématique n’est certes pas aussi développée, mais le meurtre n’est pas perpétré par hasard à un âge avancé de la vie : le mari retraité et donc très présent, dont le mauvais caractère s’exacerbait, a fini par insupporter celle qui subissait la situation depuis de nombreuses années ; le passage à l’acte a été facilité par la quasi-certitude de l’impunité.

  • 26 « zwei nette alte Damen » (Ladylike, p. 64).
  • 27 « eine verschrumpelte alte Jungfer ohne Vergangenheit und ohne Zukunft » (Die Apothekerin, p. 187).

29L’impunité vaut d’ailleurs pour l’ensemble des crimes et délits commis par les protagonistes âgées, car elles savent tirer parti des stéréotypes établis. Lore et Anneliese ont conscience d’être perçues comme « deux gentilles vieilles dames »26 et se comportent de façon si discrète qu’elles ont l’air totalement inoffensives. Cela vaut aussi pour Rosemarie Hirte : même la jeune femme – pourtant vive et observatrice – avec laquelle elle partage une chambre d’hôpital tout au long d’un autre roman, Die Apothekerin, la prend pour une « vieille fille ratatinée sans passé ni avenir »27. Conscientes de cet atout, les femmes âgées en jouent, gagnant ainsi un nouvel espace de liberté.

30Cette forme d’affranchissement, pour discrète qu’elle soit, n’est pas pour autant fortuite. Elle s’inscrit dans un système nollien subtilement subversif. En révélant au lecteur les comportements criminels d’honnêtes gens, Ingrid Noll satisfait l’envie ancrée en lui, comme en chacun d’entre nous, de découvrir ce qui se dissimule derrière les façades. Assurée de captiver ainsi son lectorat, elle peut prendre position en filigrane sur des sujets sociétaux.

  • 28 « Und falls Ewald sich doch noch als untragbar erweisen sollte, dann ist in Annelieses Garten besti (...)

31La récurrence de certains schémas permet ainsi de mettre au jour un engagement féministe sous des dehors conventionnels. Les héroïnes de Noll sont bien souvent des femmes dont l’existence s’inscrit dans le schéma traditionnel de l’épouse, mère au foyer, et qui, en tout cas, sont initialement tout sauf des « battantes ». Les protagonistes âgées n’y font pas exception, puisque l’essentiel de leur existence a été consacré à leur famille. Or toutes ces femmes, dans le cours du roman, prennent leur existence en main et savent tirer le meilleur parti de leur situation. Dans le cas des vieilles dames – dont on notera au passage que plus aucune n’a à s’occuper d’un mari… –, il est remarquable que toutes sont en mesure de déterminer leur mode de vie et en sont satisfaites. Lore et Anneliese dépassent la rivalité amoureuse qui les opposait et accueillent Ewald sous leur toit, mais à leurs conditions, évitant ainsi les tensions d’une relation triangulaire classique ; Charlotte, soulagée de retrouver le calme de son existence, se félicite de pouvoir jouir de la compagnie régulière de Hugo, sans devoir pour autant le prendre en charge. En comparaison, le sort réservé aux hommes âgés est beaucoup moins enviable : deux des quatre protagonistes meurent dans le cours du roman, un autre est placé en maison de retraite… Seule la situation d’Ewald s’améliore, puisqu’il rejoint ses deux amies, mais cette situation est néanmoins la plus précaire : la boutade sur laquelle se clôt le roman28 laisse du moins clairement entendre que son avenir dépend du bon vouloir de ces dames.


*      *
*

  • 29 Dans une interview, Ingrid Noll raconte que sa mère a spéculé en bourse jusqu’à 100 ans et a jardin (...)
  • 30 Éric Deschavanne et Pierre Tavoillot, Philosophie des âges de la vie. Pourquoi grandir ? Pourquoi v (...)
  • 31 Les vieilles femmes, hideuses et/ou grotesques, ont généralement été représentées sous les traits d (...)

32On ne saurait dénier à Ingrid Noll une sensibilité particulière à la thématique de la vieillesse, probablement nourrie par sa propre expérience et son histoire personnelle : elle s’est occupée à son domicile de sa mère âgée, de ses 90 ans à sa mort à l’âge de 106 ans. Le dynamisme exceptionnel qui caractérisait cette dernière29 a certainement contribué à donner à la romancière une approche positive du grand âge. Dans ses romans, elle s’applique à dépasser les représentations conventionnelles et plutôt moroses, notamment en mettant en scène des femmes âgées qui incarnent la « pensée élargie » préconisée par Deschavanne et Tavoillot30 car elles font preuve d’ouverture au monde et savent tirer le meilleur parti de leur situation. En faisant la part belle aux vieilles femmes, la romancière est en rupture avec la longue tradition littéraire et iconographique qui, durant des siècles, les relégua à l’arrière-plan en les cantonnant dans des rôles peu flatteurs et en se focalisant sur les ravages exercés par le temps qui passe31.

  • 32 Le succès remporté en 2008 par le film Wolke 9 d’Andreas Dresen (qui met en scène une histoire d’am (...)

33Pour autant, Noll n’élude pas certains aspects habituellement plutôt passés sous silence, lorsqu’elle évoque aussi les peines et frustrations de la vieillesse, évitant ainsi le cliché si commode de la vieillesse comme incarnation de la sagesse et de la sérénité. En abordant sans ambages l’aspect délicat de la libido, elle ne brise certes plus un tabou32, mais s’inscrit malgré tout dans une logique progressiste.

34L’image générale de la vieillesse véhiculée par les œuvres de Noll est plutôt rassurante, car la romancière évite de confronter le lecteur aux formes pénibles de la déchéance physique et psychologique en se focalisant sur des personnages âgés qui, même en situation de fragilité, gardent une forme de dignité. Elle n’en reste pas moins représentative d’une partie de la société dont les membres les plus éminents, à l’instar d’Edgar Morin ou de Stéphane Hessel, surprennent tous les jours par leur vitalité. Et il est d’ailleurs fort probable que cet aspect sécurisant contribue au succès populaire d’Ingrid Noll et rende le lecteur plus réceptif aux idées progressistes qu’elle exprime. N’a-t-on pas affaire ici à une forme littéraire de « soft power », la subversité s’y faisant discrète mais plus efficace en essaimant largement ?

Haut de page

Notes

1 « Kein Mensch ist jenseits von Gut und Böse ! ». Déclaration de l’octogénaire Charlotte dans Kalt ist der Abendhauch, Zürich, Diogenes Verlag, 1991. Citation p. 52.

2 On se permettra, à ce stade de l’étude, de faire l’économie de la définition du terme de « vieillesse » pour ne pas ralentir l’étude de cas par une réflexion générale sur un terme dont nul n’ignore la malléabilité, au gré des cultures, des mentalités et… de l’âge atteint par l’auteur de la réflexion.

3 Ladylike, Diogenes Verlag, 2007. – Ehrenwort, Zürich, Diogenes Verlag, 2010.

4 Hugo, nonagénaire, dans Kalt ist der Abendhauch.

Dans Ehrenwort, une grande partie de l’intrigue repose sur la cohabitation forcée entre Willy Knobel et la famille de son fils, mais le début du roman montre le vieil homme dans son environnement habituel, seul dans sa maison.

5 Voir Ladylike :

« ‘Für pubertierende Kinder sind Vati und Mutti wohl schwer zu ertragen’, sagt Ewald. ‘Aber noch schlimmer ist es für alte Eltern, wenn der erwachsene Nachwuchs anrückt und sie bevormunden möchte. Papa, du solltest mehr Obst essen ! Papa, warum gehst du nicht mal ins Kino ! Papa, dein Computer ist ein Fossil und muss entsorgt werden ! Und so geht das dann den lieben langen Tag.’

Anneliese pflichtet ihm bei. Auch ihre vier Kinder, die alle schwierig waren, sparen nicht mit gutgemeinten Ratschlägen. Einen Rechner besitzt sie zum Glück nicht, aber der eine Sohn will das riesige Radio verschrotten, der andere im Keller eine Sauna einbauen, die eine Tochter möchte ihre Mutter bei einem Handy-Kurs anmelden, die andere füllte die Garage mit einem gigantischen Vorrat an salzhaltigem Mineralwasser, weil alle Alten angeblich zu wenig trinken. Ich mag mein einziges Kind nicht anschwärzen, aber ich erinnere mich genau, dass Christian unsere Möbel um etwa die Hälfte reduzieren wollte » (p. 109-110).

6 Seule Lore se plaint des relations formelles qu’elle entretient avec ses petits-fils : « Ein wenig bitter denke ich an meine eigenen Enkel, die ich selten sehe. Kurz vor Weihnachten oder Geburtstagen schicken sie mir einen Wunschzettel, der mich regelmäβig verärgert. Genausogut könnten sie gleich Bargeld verlangen, denn ihre Angaben – inklusive Preise – sind wie aus dem Katalog. Pflichtgemäβ, aber ohne Freude, kaufe ich dann die angeforderten Fahrradhelme, Mini-Keyboards oder Joysticks » Ladylike, p. 262.

7 Anneliese, l’amie de Lore qui est tout son contraire, apprécie visiblement que ses deux jeunes petits-enfants séjournent chez elle durant leurs vacances scolaires (« Wie eine Löwenkönigin liegt sie morgens im Bett und lässt ihre Enkel um sich herumkrabbeln » Ladylike, p. 262), mais n’exprime à aucun moment le sentiment d’être privée d’eux lorsqu’ils ne sont pas là.

8 À la suite d’un accident, il est transporté à l’hôpital puis chez son fils, mais dans les deux cas, il ne s’agit pas de sorties qui s’inscrivent dans le cadre de la vie sociale.

9 « Ein Leben im Altersheim wäre für mich schwer zu ertragen. » (Kalt ist der Abendhauch, p. 19).

10 « Seit ich die Achtzig überschritten habe, bin ich voller Dankbarkeit, dass meine Kinder mir meine Selbständigkeit noch nicht genommen haben » (Ibid.).

11 Ehrenwort, p. 15 et pp. 20-21.

12 Rappelons au passage que tous les romans de Noll sont des romans policiers.

13 On peut citer ici le réaménagement peu esthétique de la salle de bains, le défilé incessant du personnel soignant, les corvées supplémentaires de linge et de cuisine…

14 « War das der Beginn der senilen Demenz oder gar Morbus Alzheimer, und er war bald nicht mehr imstande, selbständig zu essen? War es der Abschied von einem Leben als Homo sapiens, der Übergang in einen negativen Zustand des vollkommenen Vergessens? Der Alte war verstört und den Tränen nahe; zwar hatte diese grauenhafte Leere nur sehr kurz gedauert und wäre keinem Auβenstehenden aufgefallen, aber es war eine unheimliche Bedrohung, die sich da ankündigte » (Ehrenwort, p. 196).

15 « Als er sich vor gut drei Monaten das Bein gebrochen hatte, war er überzeugt davon, dass eine solche Katastrophe für ihn das Ende bedeutete. Aber wider Erwarten hatte er die OP überstanden und schlieβlich auch die schrecklichen Tage im Krankenhaus […]. Mit fast neunzig Jahren kann nichts mehr ausheilen, es geht jetzt zügig bergab, hatte er gedacht. War ein Wunder geschehen ? » (Ehrenwort,p. 206).

« Den ganzen Tag über hatte er an die niedliche Giulia in ihrem rosa Rüschenkleid  gedacht, die brav mit der Fernbedienung gespielt hatte, als ihre Nonna [Pflegerin, die ihre Enkelin mitgebracht hat] mit ihm im Badezimmer verschwunden war. Wie zutraulich und harmlos ein kleiner Mensch noch war und wie lernbegierig ! Er wollte sich ein Beispiel an dieser vorurteilsfreien Offenheit nehmen und ein besserer Mensch werden » (Ibid., p. 208).

16 « Zipperlein des Alters ». L’expression est employée par la septuagénaire Lore (Ladylike, p. 26) et par l’octogénaire Charlotte (Kalt ist der Abendhauch, p. 18).

17 C’est le cas d’Anneliese par rapport à Lore, comme cette dernière l’observe : « […] Anneliese [hat] durch ihr Übergewicht wohl gröβere Risikofaktoren als ich : erhöhten Blutdruck, schlechte Laborwerte, Wirbelsäulenbeschwerden. Aber sie gehört zu jenen Patienten, die den Arzt durch Verschleierung und Untertreibung an der Nase herumführen und sich sowieso nur alle Jubeljahre in einer Praxis blicken lassen. Selbst mir gegenüber bagatellisiert sie ihre Gebrechen und will auch mich auf keinen Fall bemitleiden. Gar keine so falsche Einstellung vielleicht » Ladylike, p. 26.

18 « Reiz unserer alten Tage » (Ladylike, p. 324).

19 « Abschied nehmen heiβt die Parole eines Frauenlebens » (Ibid., p. 53).

20 « noch etwas Aufregendes erleben » (Ibid., p. 168).

21 « ich genieβe das Leben, als wäre ich selbst noch einmal jung » (Ibid., p. 209).

22 Simone de Beauvoir, La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970, p. 513.

23 « […] mir mein Alter die Freiheit gibt, niemandem mehr gefallen zu müssen » (Kalt ist der Abendhauch, p. 17).

24 Voir par exemple la scène où Lore s’approprie la veste d’une jeune femme : « Gut, flüstere ich trotzig, wenn ältere Leute doch nur Luft für dich sind, dann kannst du dir dein Jäckchen eben in den Wind schreiben » (Ladylike, p. 94).

25 L’association originelle, Gray Panthers, est née aux États-Unis en 1970 dans le but de défendre et de protéger les femmes âgées. S’inspirant du modèle américain, des seniors allemands fondèrent en 1975 l’association Graue Panther ayant pour objectif d’améliorer les conditions de vie et la reconnaissance sociale de l’ensemble des personnes âgées. Dans les deux pays, le rayon d’action s’élargit progressivement afin de défendre les intérêts de toutes les populations défavorisées.

En France, où une association semblable vit le jour en 1988 sous le nom de Panthères Grises, la priorité porte depuis les origines du mouvement sur l’amélioration de la situation des femmes de plus de cinquante ans.

26 « zwei nette alte Damen » (Ladylike, p. 64).

27 « eine verschrumpelte alte Jungfer ohne Vergangenheit und ohne Zukunft » (Die Apothekerin, p. 187).

28 « Und falls Ewald sich doch noch als untragbar erweisen sollte, dann ist in Annelieses Garten bestimmt ein Kräutlein gewachsen. » (Ladylike, p. 324). Lore joue ici sur les mots en renvoyant au proverbe « gegen jede Krankheit ist ein Kraut gewachsen », tout en faisant allusion à l’empoisonnement du mari d’Anneliese avec des plantes du jardin.

29 Dans une interview, Ingrid Noll raconte que sa mère a spéculé en bourse jusqu’à 100 ans et a jardiné jusqu’à 102 ans.

30 Éric Deschavanne et Pierre Tavoillot, Philosophie des âges de la vie. Pourquoi grandir ? Pourquoi vieillir ?, Paris, Grasset & Fasquelle, 2007.

31 Les vieilles femmes, hideuses et/ou grotesques, ont généralement été représentées sous les traits d’entremetteuses, d’intrigantes etc… À ce sujet, voir Marlène Kuch, L’Enfer des femmes. Zum Bild der alternden Frau in der französischen Literatur, Infolio Editions, 2009. – Caroline Schuster-Cordone, Le crépuscule du corps. Images de la vieillesse féminine, Frankfurt M., Berlin, Bern, New York, Paris, Wien, Peter Lang, 1998.

Dans La Vieillesse, Simone de Beauvoir avait déjà mis en avant cette focalisation sur la laideur de la vieille femme en l’illustrant par des exemples très parlants tels que « Les regrets de la belle heaulmière » de François Villon et L’Antérotique de la vieille et de la jeune de Joachim du Bellay (p. 158 et 162).

32 Le succès remporté en 2008 par le film Wolke 9 d’Andreas Dresen (qui met en scène une histoire d’amour adultère entre une sexagénaire et un septuagénaire sans faire l’impasse sur les scènes d’amour charnel) témoigne de l’évolution des mentalités. Sous le titre 7e ciel, le film a d’ailleurs été distingué en France par un « coup de cœur » du jury dans la sélection « Un certain regard » lors du Festival de Cannes 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Orzechowski, « « Personne n’est par-delà le bien et le mal ! ». La représentation de la vieillesse dans les romans d’Ingrid Noll », Germanica, 50 | 2012, 47-60.

Référence électronique

Simone Orzechowski, « « Personne n’est par-delà le bien et le mal ! ». La représentation de la vieillesse dans les romans d’Ingrid Noll », Germanica [En ligne], 50 | 2012, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://germanica.revues.org/1572 ; DOI : 10.4000/germanica.1572

Haut de page

Auteur

Simone Orzechowski

Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page