Navigation – Plan du site

Modernismus triumphans

Georges Ueberschlag
p. 11-12

Texte intégral

La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable.
Charles Baudelaire

1La révolte contre les faux cols en littérature est inséparable du mot « modernisme ». Si la querelle des anciens et des modernes est de tous les temps, le mot lui-même n ’a vraiment commencé à devenir un concept littéraire qu’à partir du romantisme tardif. L’avant-garde littéraire a connu alors des phases successives, jusqu’à désigner après 1930 tout ce qui était autre dans toutes les formes d’art.

2De multiples définitions ont été tentées du modernisme. Le présent numéro de notre revue en évoque, les commente, tente une analyse critique de ce phénomène littéraire, « semblable à une pieuvre », tant ses tentacules s’étendent, s’étendent...

3La Scandinavie, qui aime les avant-gardes, surtout chez les autres, a été, comme si souvent, un peu à la traîne. Mais là-bas comme partout en Europe, le modernisme s’identifie à une volonté éclatante de domination culturelle et se manifeste, jusqu’à son épuisement, par une maladie chronique d’innovation, le post-modernisme – s’il en est – marquant un retour à la notion du possible.

4Le modernisme serait-il donc une maladie de la jeunesse, une maladie d’amour ? À la base de toutes les tensions et tentations modernistes il y a un amour immodéré de la vie. L’idéal du modernisme n’est pas un art nouveau, comme on pourrait s’y attendre, mais un homme nouveau. Le mélange absolu des styles, des genres et des arts, une liberté totale semblent être les meilleurs moyens d’approcher son image aimée, désirée, fuyante, en balayant d’un geste souverain les obstacles que sont les règles, la tradition.

5Mais, dira-t-on, ne peut-on exprimer son mépris du style bourgeois autrement qu’en termes abscons ? L’auteur moderniste doit-il établir un mur cryptographique entre lui et le public ? Un mur qui, peut-être, se révélera n’être qu’une bulle de savon ?

6Vaines questions, car s’il faut s’adapter à la complexité croissante du monde, la « simplicité classique » n’y suffisant plus, le chemin du moderniste va nécessairement du cosmique au chaotique. Peut-il être « apaisant » dans un monde et à une époque où l’angoisse devient la donnée fondamentale de l’existence ?

7Les mots clefs deviennent alors : désorientation, dissolution des normes, désordre, incohérence, fragmentarisme, montage, poésie dépoétisée, images tranchantes, surprise… surprise surtout.

8Le modernisme une maladie d’amour, certes. Et comme les amours de jeunesse sont souvent précaires, dans les nuages, cela ne dure pas longtemps. La réalité se venge vite. Témoin, l’existence très éphémère des nombreuses revues d’avant-garde, dont le meilleur de leur sort est d’être devenues, pour nous qui venons après, une sorte de musée du modernisme. Déjà !

9Reste que le mérite du modernisme est de tenter, encore et toujours, de monter à l’assaut du ciel, de chercher à faire ce qu’il peut y avoir de mieux avec ce qu ’il peut y avoir de pire. Et de nous avoir donné, en Scandinavie assurément, des écrivains de premier ordre.

10Le présent numéro esquisse le portrait de quelques-uns d’entre eux. Ils sont exemplaires du modernisme Scandinave, un modernisme somme toute assez sage. Ce qui explique que dans ces contrées rudes du Nord, cette maladie de la jeunesse n ’est jamais une maladie mortelle. On s’en remet, là-bas, des velléités d’une idéologie de la contestation culpabilisante. Elle devient plutôt, avec le savoir-faire que l’on reconnaît depuis toujours à ces artistes de l’impossible que sont les hommes du Nord, recherche d’un nouvel art de la vie.

11Dans le jardin du modernisme il y a autant de pierres que de fleurs, autant de drogues dangereuses que de fruits suaves. Le jardin se trouve, comme l’écrit le poète norvégien Claes Gill, « au pays perdu où tout est annoncé par écrit sur l’eau ». Et notre poète de continuer :

  • 1 Claes Gill, Les Imperfections de la vie, éd. Orphée, 1992. Trad. Régis Boyer.

Comprenne qui voudra !
La parole est une ruine.
Décorée de laurier et de vigne sauvage…1

Haut de page

Notes

1 Claes Gill, Les Imperfections de la vie, éd. Orphée, 1992. Trad. Régis Boyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ueberschlag, « Modernismus triumphans », Germanica, 12 | 1993, 11-12.

Référence électronique

Georges Ueberschlag, « Modernismus triumphans », Germanica [En ligne], 12 | 1993, mis en ligne le 11 avril 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://germanica.revues.org/1501

Haut de page

Auteur

Georges Ueberschlag

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page