Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Alain Cozic, Hilda Inderwildi, Catherine Mazellier (dir.), Du texte à l’image. Appropriations du passé et engagements au présent

CEGIL-Nancy, Collection « Le texte et l’idée », 285 p., ISSN 0981-1907, 2010
Martine Sforzin
Référence(s) :

Alain Cozic, Hilda Inderwildi, Catherine Mazellier (dir.), Du texte à l’image. Appropriations du passé et engagements au présent

Texte intégral

1Le départ à la retraite de tout grand universitaire se célèbre traditionnellement par un volume d’hommage, que collègues, doctorants et amis offrent au futur retraité. Ces « mélanges », pour reprendre une autre appellation de ce type d’ouvrage, n’ont pas pour vocation première de répondre à un souci d’unité mais tentent plutôt de faire écho, sous l’angle le plus exhaustif qui soit, aux thèmes de recherche du dédicataire. L’ouvrage Du texte à l’image. Appropriations du passé et engagements au présent dédié au germaniste André Combeset publié sous la direction d’Alain Cozic, de Hilda Inderwildi et de Catherine Mazellier rassemble, tout en respectant la plus grande unité d’ensemble, 24 articles qui relèvent de champs de recherche aussi divers que la littérature, l’histoire des idées et le cinéma de l’espace germanophone à l’époque contemporaine et au xxe siècle – l’après 45 plus essentiellement. Les contributions abordent les questions soulevées par les traumatismes du xxe siècle et peuvent s’énumérer en termes d’effondrement des valeurs, d’utopie, de mémoire, d’anamnèse, de tragédie individuelle vs collective, d’exil, ou encore de rapport entre esthétique et politique. Les auteurs s’attachent à une large variété des genres qui couvre la satire, le journal intime vs documentaire et littéraire, le « roman-journal », la poétique de la « spectralité », le théâtre documentaire, le tragique et son retour dans la dramaturgie, le cinéma et son instrumentalisation politique, le film muet ou encore l’intertextualité (littérature et cinéma), l’intermédialité (film et comédie), pour ne citer que quelques exemples. Le volume se structure autour d’une ordonnance convaincante en quatre parties : « Le théâtre à l’épreuve du réel », « Errances et mémoires », « Penser l’après-coup », « Le réel à l’écran ».

2Mais la cohérence de l’ensemble repose sur un double fil conducteur. Il y va en effet de prendre en compte la fragmentarisation propre aux nouvelles formes d’expression littéraires et artistiques, de mettre en évidence l’intérêt des expérimentations langagières ou scéniques, de la déconstruction et du remodelage des genres, d’accorder enfin toute sa place au cinéma, son apparition, son évolution, ses interférences avec la littérature ou le théâtre. Mais au-delà de la forme, il y va également de centrer l’analyse sur la question de fond, celle de la critique et de l’engagement telle qu’elle a été impulsée dès les années vingt en Allemagne, théorisée et redébattue à maintes reprises par l’École de Francfort puis reposée de manière particulièrement aiguë, voire aporétique, au moment de la guerre froide et de la guerre du Vietnam ou, plus près de nous, du tournant de 89. Or s’il est une notion autour de laquelle s’articulent de manière particulièrement étroite ces questions de forme et celle de l’engagement (auto)critique, c’est bien celle de Nachträglichkeit, de « l’après-coup », à laquelle André Combes a consacré de nombreuses publications, sachant rendre ce concept opératoire au-delà des limites de la seule psychanalyse freudienne auquel il est emprunté. Relire des événements passés à la lumière du présent, les réinterpréter à partir de la situation présente, réécrire, en les réinventant si nécessaire, les mots et les images afin de se réapproprier une identité, une biographie, une histoire : tel est bien l’objet des œuvres, des productions et des auteurs abordés dans ce recueil. Prévenir, en somme, tout risque d’aliénation, apprendre à de jeunes étudiants, comme le souhaitait Horkheimer, le sens de l’humanité, tel aura été aussi le sens de la recherche et de l’enseignement d’André Combes.

3Du texte à l’image. Appropriations du passé et engagements au présent : un hommage réussi à un grand germaniste qui a su déceler derrière les signes de meurtrissure les appels à s’engager malgré tout, mais certes plus à n’importe quel prix, attentif à discerner derrière l’éclatement et l’éparpillement apparent des formes, et comme ex negativo, une foi délibérée dans la cause de l’être humain et un combat pour elle, dût-il être perdu d’avance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Sforzin, « Alain Cozic, Hilda Inderwildi, Catherine Mazellier (dir.), Du texte à l’image. Appropriations du passé et engagements au présent », Germanica [En ligne], 49 | 2011, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://germanica.revues.org/1431

Haut de page

Auteur

Martine Sforzin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page